Ars: časopis Ústavu Dejín Umenia Slovenskej Akadémie Vied — 1.1967

Page: 95
DOI issue: DOI article: DOI article: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ars1967/0257
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
raie du Wawel que Walicki a également attribué
au Maître du triptyque de Ste-Croix.28 Le type
de personnage de St-Stanislas de la peinture du
Chœur des Martyres de ce triptyque est très
apparenté à celui de St-Gilles. On remarque égale-
ment une ressemblance frappante entre la figure
de Bardejov et Ste-Sophie et Ste-Anne du faîte
du retable de Ste-Croix. Un tracé identique des
yeux, des nez longs, un sourire ineffable, des plis
de draperies au même ondoiement léger qui per-
dent dans certaines parties la mollesse du modelé
pour devenir d’un dessin plus sec — autant de
traits apparaissant dans la figure de St-Gilles
comme traits caractéristiques à l’atelier de Ste-
-Croix. Ste-Odile et Ste-Hedvige de Muszyna, vesti-
ges d’un retable plus grand représentent un type
semblable.

6. St. Stanislas du Choeur des Martyres du triptyque de la
Ste Trinité au Wawel.


Estreicher voyait dans les sculptures du tripty-
que de la Ste-Trinité l’œuvre de deux mains. U
considérait que Die le Père et le faîte du retable
étaient d’un maître plus conservateur, tandis
qu’un aide au tempérament plus vif avait contribué
à la création des Saintes Vierges, de Salvator
et des soldats.29 Bien qu'exécutée assez superficiel-
lement, la figure de St-Jacques de Bardejov révèle
des traits apparentés à ceux du sculpteur qui créa
la figure de Dieu le Père. Par contre, St-Gilles, est
exécuté par un sculpteur qui subissait les influences
du maître qui dirigeait l’atelier. En témoigne le
caractère commun de traits particuliers de physio-
nomie de certaines figures sculptées du triptyque,
de St-Gilles et des sculptures de Muszyna avec
les personnages peintes du Chœur.
La question se pose, si Jakub de Sacz était
le maître dans l’atelier duquel avait été créé le
triptyque de la Ste-Trinité?
L’année 1467, date à laquelle fut achevé le
retable de Ste-Croix au Wawel, semble ne pas
coïncider avec les travaux que Jakub effectuait
alors pour Nowy Sacz et pour Bardejov. Néan-
moins, en vertu des coutumes de cette époque,
lorsque l’atelier était grand, le maître transmettait
beaucoup de travaux aux compagnons. A part
cela nous savons que Jakub s’était rendu au moins
deux fois de Nowy Sacz à Cracovie pendant la
période de réalisation de la commande de Nowy
Sacz. Et même lors de son séjour de 6 mois à Bar-
dejov, il s’absente de cette ville à deux reprises.30
Pour pouvoir être posé dans la chapelle fondée
par la reine Sophie, le triptyque de la Ste-Trinité
devait être planifié encore du vivant de la reine
qui mourut en 1461 et peut-être même non seule-
ment projeté, mais encore commencé. Estreicher
considère que les travaux en vue de la chapelle
avaient duré jusqu’en 1464, bien que la construc-
tion ait déjà été terminée en 1433.31 Le retable
a donc pu être fondé et exécuté plus tôt. Les
travaux liés au triptyque avaient pu se prolonger
plus longtemps. Jakub de Sacz était spécialement
appelé à exécuter le triptyque de la Ste-Trinité.
Dlugosz qui lui avait commandé la copie d’une
tapisserie pour la cathédrale du Wawel le con-
naissait plus tôt, de la période où l’artiste avait
séjourné à Nowy Sacz. Le chanoine de Cracovie
était lié d’amitié avec l'abbé Bug supérieur de
l’église cathédrale de Nowy Sacz qui commandait
certainement des travaux artistiques à l'atelier

95
loading ...