L' art: revue hebdomadaire illustrée — 6.1880 (Teil 1)

Seite: 57
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1880_1/0067
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Cartouche composé et grave par J. Houel, 1761.

Le siècle de Louis XIV avait été grand. Le siècle de Louis XV eut d'autres visées.

Louis XIV avait vécu trop longtemps. La jeune génération des seigneurs supportait avec
ennui l'étiquette sévère de la cour sous la discipline de Mmc de Maintenon et sous un roi qui
était resté grand dans ses malheurs, mais qui depuis longtemps n'était plus gai et qui demeura
toujours solennel.

Elle secoua le joug à la mort du maître. Déjà, durant ses dernières années, une sourde
opposition s'était formée au Palais-Royal et à Saint-Cloud, où le duc d'Orléans réunissait une
petite société d'esprits libertins. Dès la première année de la Régence, la révolte éclata au grand
jour. Les roués donnèrent le ton ; les boudoirs se substituèrent aux appartements. On était
fatigué de grandeur : on prit en horreur le grandiose. On chercha le gracieux, le coquet ; trop
souvent, on poussa jusqu'à l'afféterie.

Le roi avait seul donné le ton durant le grand siècle. Le roi et la cour restèrent encore au
premier plan, sous Louis XV et même sous Louis XVI. Mais ils n'eurent plus le privilège

1. Voir l'Art, 5e année, tome I", pages 150 et 169; tome II, page 201, et je année, tome IV, page 249.
Tome XX.
loading ...