L' art: revue hebdomadaire illustrée — 6.1880 (Teil 1)

Seite: 80
DOI Heft: DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1880_1/0091
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

I, IVRES NOUVEAUX ET ÉDITIONS NOUVELLES

5. — Les Oiseaux dans la nature. Description pittoresque
des oiseaux utiles, par Eugène Rambert et Leo-Paul Robert.
Ouvrage in-folio, publie' sous la direction de M. D. Lebet, avec
60 planches en couleurs, 50 gravures sur bois hors texte et
122 gravures dans le texte d'après les aquarelles et les dessins de
Leo-Paul Robert. — L'ouvrage complet comprendra 30 li-
vraisons. Les dix premières ont paru. — Paris, Germer Baillière,
108, boulevard Saint-Germain, 1879.

6. — Poésies du chevalier de Bertin. (Collection des
petits poètes du xvm° siècle, sous la direction de M. Octave
Uzanne). Un volume in-18 de 308 pages, précédé d'une notice
bio-bibliographique par Eugène Asse, édition illustrée, avec
un portrait du chevalier de Bertin, à l'eau-forte, par Lalauze.
— Paris, A. Quantin, 1879.

7. — Chansonnier historique du xvni° siècle. I. (Recueil
Clairambault-Maurepas). Publié avec introduction, commentaire,
notes et index par Emile Raunié, architecte-paléographe.

iFr volume: la Régence; avec portraits à l'eau-forte. —
Paris, A. Quantin.

S. — Les Tapisseries de Cambrai, par A. Durieux. Une
brochure de 86 pages petit in-18. — Cambrai, Renaut, 1879.

9. — The Cicérone. An art guide to painting in Italy.
For the use of Traveller and Students. Translated from the
German of Dr. Jacob Burckhardt by Mrs. A. H. Clough.
A new Edition, revised and corrected by J. A. Crowe, author ot
the <t History of Painting in Italy from the second to the Six-
teenth Century». London: John Murray, Albemarle Street. 1879.
Un volume in-18 de 305 pages.

NÉCROLOGIE

Sir William Boxall, membre de la Royal Academy,
est mort à Londres au commencement du mois de décem-
bre dernier. Comme artiste, il ne se survivra pas, c'était
un peintre des plus médiocres, mais on conservera avec
reconnaissance le très honorable souvenir du directeur de
la National Gallery, qui lui a dû ses plus brillants
accroissements. Sir William, qui était homme et par con-
séquent nullement infaillible, se trompa un jour grossiè-
rement; sa bonne foi fut surprise, et il acheta cher,
terriblement cher, comme un Rembrandt, le Christ et
les petits enfants, appartenant h M. Suermondt d'Aix-la-
Chapelle, et qui n'était autre chose que l'œuvre fort molle
d'un des disciples du maître Gerbrand van den Eeckhout.
Les protestations furent nombreuses, mais restèrent
vaines, et le pseudo-Rembrandt figura au catalogue de la
National Gallery, bel et bien comme un Rembrandt
authentique, et, ce qui est plus fort, il n'a pas encore
cessé d'y figurer de la sorte!.... Un beau jour cependant,
un membre de la Chambre des Lords découvrit une gra-
vure du temps ornée d'un terrible Gerbrand van den
Eeckhout pinxit. M. William Boxall envoya immédiate-
ment sa démission, que le Gouvernement refusa avec
raison. Peu de temps après, le directeur du Louvre anglais
prenait glorieusement sa revanche. Grâce à lui, la nation
devenait propriétaire , et propriétaire au grandissime
rabais, de la merveilleuse collection formée par Sir Robert
Pecl. La Reine s'empressa de créer Chevalier l'habile
négociateur; Sir William avait bien mérité de la patrie.

L'Angleterre s'honorerait en faisant exécuter son buste
pour le placer dans la National Gallery, au centre
de la travée affectée aux tableaux de la Peel Collec-
tion.

— — Le sculpteur Abbondio Sangiorgio vient de mourir
à Milan, âgé de quatre-vingts ans. Il était le fils d'un
charpentier. On lui doit le char qui surmonte l'arc de
triomphe du Simplon, et le groupe de Castor et Pollux
qui orne l'entrée du Palais Royal de Turin.

— Le célèbre relieur Trautz-Bauzonnet est mort en
novembre dernier à Paris, dans un âge avancé. Il était
considéré avec raison par les bibliophiles comme un
maître incomparable en son art. Il était chevalier de la
Légion d'honneur.

— Dans la première quinzaine de décembre dernier
est mort presque subitement, à Florence, un artiste de
grand mérite, M. Alexandre Denuelle, qui s'était fait une
place à part par de nombreux et très importants travaux
de décoration monumentale. M. Denuelle, qui était le
beau-père de M. Henri Taine, était né à Paris en 1818.
Il eut pour maîtres Paul Delaroche et Duban. Son père,
qui possédait une des plus importantes fabriques de por-
celaine, lui avait fait d'abord étudier la céramique.

— M. Prcgrassi, sculpteur ornemaniste distingué, est
mort récemment à Vérone. Il était membre de l'Académie
des Beaux-Arts de Dresde.

— M. Franz Ittenbach, qui s'occupait surtout de
peinture religieuse, vient de mourir à Dusseldorf.

Le Directeur-Gérant

EUGÈNE VÉRON.
loading ...