L' art: revue hebdomadaire illustrée — 7.1881 (Teil 2)

Page: 195
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1881_2/0217
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L'ENSEIGNEMENT DU DESSIN AUX ÉTATS-UNIS1

PHILADELPHIE (Suite).

SPRING GARDEN INSTITUTE

Cetre institution, qui compte vingt-huit années.d'existence,
a pour mission principale d'aider au développement moral et
intellectuel de la jeunesse des deux sexes.

Admirablement dirigé par un groupe nouveau d'hommes
énergiques et dévoués, l'institut, dont la situation est d'ailleurs
très prospère, obtient aujourd'hui les meilleurs résultats.

Voici d'ailleurs quelques renseignements spéciaux tirés du
« Rapport annuel » de l'exercice 1879.

Les sommes recueillies par souscription et par dons s'élè-
vent à 25,600 francs; 22,045 francs ont été consacrés à des amé-
liorations matérielles de toute nature. On a fait des conférences
scientifiques, littéraires, et donné des concerts dans une salle
qui, spécialement aménagée, peut contenir un millier d'audi-
teurs. Une seule de ces soirées n'a pas été gratuite; on ne pouvait

entrer ce soir-là qu'en payant..... un volume par personne.

Grâce à l'ingéniosité de l'idée, le Books réception, comme on
dit, porta de six mille à huit mille le nombre des volumes appar-
tenant à la bibliothèque de l'institut.

En parcourant les classes d'architecture et de mécanique,
qui sont fréquentées par plus de trois cents élèves, on est frappé
de l'entrain et de l'application de cette foule, avide de savoir, où
des jeunes filles aux toilettes bourgeoises, élégantes, travaillent
coude à coude avec de grands garçons aux mains endurcies par
l'usage de l'outil.

Parmi ceux-ci, quelques-uns viennent de loin : les autres
appartiennent au personnel des ateliers d'alentour où se cons-
truisent les machines du Pensylvania rail road, la Compagnie
modèle de chemin de fer aux États-Unis. Des fenêtres de
l'institut on aperçoit ses immenses chantiers de construction,
dont les hautes cheminées, toujours empanachées de fumée rou-
geàtre, donnent la nuit à tout le quartier un aspect vraiment
fantastique.

PHILADELPHIA SCHOOI. OF DESIGN FOR WOMEN

La fondation de l'école de dessin de Philadelphie, pour les
femmes, remonte à 1849; elle est due à l'initiative de M"le Sarah
Peter, femme du consul anglais.

Le but qu'elle s'est proposé est de faciliter aux jeunes
femmes l'étude systématique des principes des arts du dessin et
de leurs applications industrielles.

L'année scolaire est divisée en deux sessions de cinq mois,
à raison de 100 francs par session et par élève. La recette ne
suffit pas à couvrir les frais, et l'établissement ne saurait long-
temps vivre, s'il n'était énergiquement soutenu par des dona-
tions particulières.

L'enseignement est réparti dans les quatre classes qui le
composent, suivant un programme d'études assez complexe.

C'est qu'en effet, dans la petite maison à quatre étages où
deux cents élèves ont peine à se loger, on fait de tout un peu :
peinture sur soie ou porcelaine, à l'huile ou à l'aquarelle, litho-
graphie, gravure sur bois, dessin d'après la plante vivante ou
d'après l'antique, ou d'après les modèles de Julien.

Nous avons admiré une jeune élève qui s'efforçait de grou-
per sur une large feuille de papier, une quantité de choses hété-
roclites : un chou, d'autres légumes, un foulard rouge, des

perles, une bouteille, un chapeau à plumes, etc.; c'était une
« étude de nature morte v.

On abuse aussi dans cette institution des coquillages, des
papillons et des oiseaux empaillés comme objets proposés à
l'étude.

Qui sait pourtant? Peut-être, malgré ce désordre apparent,
trouve-t-on moyen de mettre en pratique l'étude systématique
dont la théorie est si hautement affirmée par les statuts de
l'institution! N'insistons pas.

BALTIMORE

THE PEABODY INSTITUTE

L'institut comprend : école, musée et bibliothèque. Les
constructions entreprises dès 1857 ont été longtemps entravées
par la guerre civile ; et le gros œuvre n'a guère été terminé
qu'en 1866.

D'un autre côté, la bibliothèque, commencée seulement en
1875, ne put ouvrir ses portes qu'en 1878; le musée enfin a
été inauguré en 1880.

En résumé, si l'on additionne, d'une part les mois, et de

Table pour six élèves.

l'autre les centaines de mille francs qu'aura coûté la création
de l'institut, on obtient ces deux totaux : vingt-trois années et
cinq millions; et l'on est bien forcé d'admirer la munificence si
longuement soutenue de l'homme éminent qui a tout pris à sa
charge, M. S. Peabody.

Il n'y a pas d'ailleurs à insister longuement sur cette insti-
tution, qui sort à peine de sa première période d'organisation.

En dehors du dessin, l'école enseigne toute science ayant
surtout une portée pratique : les mathématiques, la géométrie,
l'architecture, la chimie, etc.

Le musée, composé surtout de moulages, fournit aux classes
de dessin le complément de renseignements artistiques propres
à affermir le goût de l'élève. Nous avons remarqué une copie,
en bronze, des portes du Baptistère de Florence par Ghiberti.

1. Voir l'Art, 6» année, tome IV, pages 287 310 et 166
loading ...