L' art: revue hebdomadaire illustrée — 12.1886 (Teil 1)

Page: 190
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1886_1/0218
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L'ART.

vers 1498, porte sur son couronnement une frise repré-
sentant des Centaures enlevant des femmes, disposés symé-
triquement de chaque côté d'une couronne de laurier :
c'est la reproduction exacte d'une plaque de coffret bien
connue, de l'école de Donatello, dont de nombreuses col-
lections publiques ou privées possèdent des exemplaires.

l'Italie du Nord ; Hercule étouffant le lion de Némée; Un
Bacchant jouant du tambourin, que l'on retrouve sur un
encrier de bronze de la collection L. Courajod. Sur le
pilastre de gauche : Un Homme se dépouillant, d'après
Caradosso 1 ; Un Bacchant jouant de la double flûte,
d'après l'encrier déjà cité; Hercule tuant Vhydre, Hercule

A Côme encore, le monument de et Antée ; Hercule assommant un

siblemein d^es bronzes représentan'Ï ^^^^^j^^ nombre qui sont parvenues jusqu'à

11' même sujet attribue à Moderno. f ' \" ' ' » ' , nous. La porte du Pala^o del

L'une des fenêtres île la même ea- . > *, ' ^ Commune, à Crémone, sculptée à

thédrale de Cômc, entourée de jjS/ une date un peu postérieure à la

candélabres et de figures de si- î§#» ' ' ^ . ■ construction de In porto du palais

hvlles, est ornée sur la Irise qui la \ 1 ïlK-^llf ' Stangha, offre encore, au milieu de

surmonte d'un Combat de dieux wj^^^K^Ê^^^^^^^^^^^^t^' sa r'cne ornementation, deux pla-

marins, imité d'une belle plaquette ^^^^^^M«^^.^K^^^^b"^^^K î quettes : Hercule et Antée, Her-

de la collection G. Dreyfus, pla- £ l^^^^i «SiV"y ( SPlt'' c"'e domptant le taureau.

quette inspirée elle-même par une [' ^V^^ffîUL? iS?}lkîtt&i ' Une étude minutieuse d'un grand

estampe de Mantegna 1. Si enfin, B^Sp/X^W^^^l^^H^^^^^l^^* nombre de monuments du nord de

sans quitter la cathédrale de Côme, /j| 1 l'Italie permettrait sans doute d'al-

on examine encore la Porta délia J^^^f^^ÊMÊ^^S^ÊÊ^^^'^^WÊ 1 '' longer beaucoup cette liste; mais

rana, on voit que les sou basse- 1 •• . ' ^'' 1' ' c'est là un travail qu'on ne peut

ments des pieds-droits de cette porte ' ", , ■> u;vf ' ' ' ; entreprendre que sur place et en

sont couverts de plaquettes parmi ' - * . *» , face des monuments; d'ailleurs il

lesquelles on distingue Hercule ap- ^-^-^^^^^^^^^^Êfm^Êâ. ne ferait que confirmer ce que l'on

puyé sur sa massue et contemplant L'Adoration des Mages, sait déjà sur l'influence que de

Antée étendu mort à ses pieds, par Par Moderno. (Musée du Louvre.) petits monuments sortis bien sou-

Moderno ; Mutius Scœvola devant vent de la main de grands artistes

Porsenna, plaquette attribuée à Melioli ; un cavalier ou
Méléagre poursuivant un sanglier, plaquette très connue
du nord de l'Italie ; Hercule et Géryon, par Moderno. Si
l'on considère que la Porta délia rana porte les signatures
de Tommaso et de Jacopo Rodari et la date i5oj, on peut
voir combien l'étude méthodique de ces reproductions de

ont eue sur des sculptures monumentales exécutées avec
beaucoup de goût par des décorateurs.

Cette influence s'est-elle bornée à la seule Italie ? Il
est difficile de le croire. La France, en relation constante
à la fin du xvc siècle et au commencement du xvie avec le
nord de l'Italie, fut envahie par une pléiade d'artistes ita-

plaquettes peut être féconde pour liens qui, il faut bien le dire, n'y
dater les plaquettes elles-mêmes2. /ffP^V jMfl\ apportèrent bien souvent que les
A Bergame, sur la façade de la /^-' \ habitudes, la façon de travailler
chapelle Colleone, on retrouve leur Pays> mais non une for-
encore des plaquettes : Hercule et ^^M^^^pPJaHB^^^^^^^^^^^^^X tune et une réputation déjà faites.
Antée, Hercule et Vhydre, Her- W^ÉFmf^^^Sg^^^^^^W^^^^^^^X On comprend sans peine que l'art
cille domptant le taureau. Si de WÊ^^^^^Ê^^^^è'français, soumis à l'influence
Bergame on se transporte à Cré- ''WS^^^^^^^^^R^^^^^^^^^^^^U j d'une nombreuse colonie ita-
mone, on trouve dans la porte du aÊ^^^^^u^^ÊS^- "^^^^^^^mÊm ! licntnc, ne pût, bien qu'on l'ait
palais Stangha, aujourd'hui au fliBlis prétendu maintes fois, se sous-
musée du Louvre, exécutée vers B'flfB traire complètement à un mouve-
1496, un monument dont les pla- ^^^^^^^^f^^^^^^^^^^^p^^^) ment que du reste commandait la

la principale décoration : dans le j^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^if| Sans parler de l'influence que

compartiment central de la frise, l^Bf^Ç^^^^f^^^^^^^^^^^^^J les plaquettes ont pu avoir dans

le Combat des Centaures et des yÊ^S^^^^^^S^^^^^^-Jn l'ornementation de certains objets

Lapithes, d'après Caradosso; sur ~*mm*HpéiïB!&&ï^^ ■'-^ ^ Commt ct pour ainsi dire

les triglyphes, Hercule domptant la mise au t0mbeau, industriel, on peut citer de nom-

le taureau, Judith portant la tête par Modemo. (Collection g. Dreyfus.) breux exemples de leur emploi

d'Holopherne; sur le pilastre de dans la décoration architecturale.

gauche, le revers de la médaille de Gianfrancesco de Gon-
zague parl'Antico, plus haut cité, supporté par un groupe
de quatre génies empruntés à une plaquette de l'école de
Donatello représentant le Triomphe de l'Amour; Apollon
et Marsyas, plaquette exécutée d'après l'intaille antique
de la collection des Médicis ; Une Amazone, plaquette de

1. Bartsch, le Peintre-Graveur, n° 18.

2. Ces renseignements sur la cathédrale de Côme nous ont été
tous communiqués par mon confrère et ami L. Courajod.

Les exemples cités plus bas ne sont peut-être pas suffisants
pour indiquer jusqu'à quel point cette influence s'est
exercée ; si les plaquettes, par exemple, n'ont été que des
modèles mis entre les mains d'artistes français, ou si ce
sont des artistes italiens qui les ont sculptés eux-mêmes
sur des monuments exécutés en France ; en tout cas, ils
sont assez nombreux pour qu'on en puisse tirer une con-

1. Ce rapprochement a déjà été fait par M. E. Mûntz, la Renais-
sance en Italie et en France, page 2 5o.
loading ...