Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

L' art: revue hebdomadaire illustrée — 12.1886 (Teil 2)

DOI article: DOI issue: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.19706#0245

DWork-Logo
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
I

LIGIER RICHIER. 2i3

ces robustes chevaliers du xvie siècle qui combattaient, dans les guerres d'Italie, à côté du jeune
Antoine de Lorraine. Derrière cette énergique figure guerrière apparaît la tête grimaçante d'un
second cheval qui hennit fiévreusement en reniflant. On le voit, Richier, dès ses débuts, cherche
à exciter l'émotion par tous les moyens et tout lui est bon pour la produire. N'ayant pu placer
les deux larrons aux côtés du Christ, à cause du peu d'espace dont il disposait, il a donné aux

Fragment de tombeau attribué a Ligier Richier.
(Eglise de Saint-Etienne, à Saint-Mihiel.)

deux cavaliers les sentiments qu'éprouvèrent les larrons sur le Calvaire. Le cavalier de gauche
insulte le Christ, tandis que celui de droite l'implore, en élevant vers lui ses mains suppliantes.
Le contraste de ces deux actions est frappant. Un soldat, portant l'éponge imbibée de fiel et de
vinaigre au bout d'un long bâton, vient heureusement remplir un vide au pied de la croix que
sainte Madeleine, abîmée dans sa douleur, serre avec transport.

Charles Cournault,

Conservateur du Musée historique Lorrain, à Nancy.

(La suite prochainement.)
 
Annotationen