L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 2,2.1900

Seite: 159
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1900/0179
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
—JUILLET 1900


MAX LAEUGER

CHEMtNÉE EN CÉRAMfQUE

chaque peuple y trouve quelque chose de lui
dans un tout qui n'est pas lui. Et par ces affinités
avec chacun, il plaît à tous. D'autres imposent
l'admiration, le respect, l'intérêt, la curiosité.
Vienne ensorcelle. Privilège unique.
Près du salon d'honneur, un salon spacieux,
consacré à l'Ecole d'art appliqué annexée au musée
de l'art et de l'industrie à Vienne, sous la
direction de M. le Chevalier v. Scala, fait connaître
combien les travaux sont poussés loin dans
cette école, et dans quelle voie pratique. Nous
supposons bien que l'exposition organisée par
M. le Prof'* Josef Hofltnann ne montre que
des travaux de choix; mais encore s'étonne-t-
on que la plupart des objets qui se voient là
viennent d'élèves ou de tout jeunes gens. Il
y a dans ce salon un album d'eaux-fortes et
de lithographies en couleurs que les meilleurs
éditeurs se disputeraient. Et des petits bronzes,
des dentelles, des orfèvreries, des reliures, des
céramiques, Dieu sait quoi encore d'un « chic »
stupéfiant. Avec une génération de tels élèves,
l'art viennois fera parier de lui d'ici quelques
années. Nous allions oublier de dire que tous
ces travaux, sans exception, portent l'empreinte
du modernisme le plus franc, et sauf de rares

exceptions, d'un modernisme de bon aloi.
Une autre salle occupée par l'école d'art
appliqué de Prague montre un grand nombre
d'objets de valeur inégale. Les céramiques sont
les meilleurs; elles ont en général un caractère
un peu rustique des plus agréables.
Le salon exposé par M. Ludwig Schmitt, un
des grands fabricants de meubles de Vienne, et
dessiné par l'architecte Olbrich est, avec celui
de l'école des arts appliqués de Vienne, l'attraction
principale de la section autrichienne aux Invalides.
Ce salon est celui d'un yacht princier. 11 est
d'une très-grande richesse, et ce caractère est
obtenu par des moyens radicalement différents
des moyens habituels; ainsi, les ors n'y jouent
pas le moindre rôle. Les meubles sont en noyer
poli très-foncé relevé d'argent en applications
et en lignes incrustées. Les tentures murales en
étoffe de soie relevées d'applications brodées for-
ment une décoration extrêmement originale et
nouvelle, exempte du défaut le plus fréquent dans
les œuvres décoratives modernistes: la maigreur.
M. Olbrich procède par masses plutôt que par
lignes. Les dispositions des meubles, toutes
imaginées par l'artiste, sont les unes heureuses,
les autres moins; mais leur ensemble est très-

i59
loading ...