L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 3,2.1901

Seite: 15
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901/0027
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
AVRIL 1901



SERVICE EN PORCELAINE
fleurs des champs forment-eHes entre les diffé-
rentes parties du décor un iien dont la grâce
est trop légère et trop frêle. Cette remarque est
surtout vraie pour les pièces dont ie décor est
exécuté en quatre ou cinq couieurs; i'exécution
en un seui ton, gros vert ou bleu, s'accorde
mieux avec la faïence, matière opaque pius
épaisse que ia porcelaine, et qui n'a de ceiie-ci
ni ia déiicatesse ni la transparence lai-
teuse. Ce sont ià des considérations
auxquelies i'artiste dëcorateur ne doit
pas rester indifférent.
Pour aiier droit au public, les
réformes artistiques doiventpasser par
ie chemin de i'usine; tant qu'eiies exi-
geront des procédés à part, tant qu'elles
ne s'assoupiiront pas à ceux de ia
grande industrie courante, eiies reste-
ront iettre morte pour ia foule, parce
que c'est à ia grande industrie, et uni-
quement à eiie, que s'aiimente ie com-
merce ordinaire, ie commerce en contact
avec iabourgeoisie moyenne et ia petite
bourgeoisie. Que réaiisera la grande
industrie dans cette voie? On ne saurait
encore ie prévoir. Pour i'instant, tout
ce qu'on peut affirmer, c'est qu'ii s'y
prépare queique chose, en dépit des
difficuités matérieiies prévues par les
initiés.
Expliquons quelques-unes de ces

difhcuités avant de montrer de
quelle manière artistes-praticiens
et fabricants ont commencé à les
résoudre.
On sait que la plupart des
grandes manufactures de porce-
iaines et de faïences de tabie
ont à peu près généraiisé ie
décor par impression, qui con-
siste à décaiquer sur ia surface
des objets des motifs décoratifs
préalablement imprimés sur un
papier spécial. Ce procédé donne
d'exceilents résultats, très supé-
rieurs comme finesse aux pein-
tures autrefois grossoyées à ia
main par des manœuvres con-
damnés à répéter éterneiiement
le même sujet sur ia même partie
d'un bol ou d'une assiette; mais ii
n'est pratiquequ'à la faveur des
piLLivuïT & errements actueis, dans iesqueis
une même compositiondécorative
est empioyée indistinctementsur toutesles pièces
d'un service, sans ia moindre modihcation.
L'art décoratif plus rigoureux qui vient de
naître ne saurait s'accommoder d'une aussi
grande liberté; il entraînerait le fabricant à éta-
blir autant de variantes du motif que le service
comporte de formes différentes : une pour
chaque grandeur d'assiettes, une pour ia sou-

PILLIVUYT & c*'

SERVICE EN PORCELAINE
loading ...