L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 3,2.1901

Seite: 75
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901/0094
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
MAI 1901

pruntent leur décoration qu'à des aspects divers
de 1a matière unique dont ils sont faits. Or,
quelle est cette matière? L'une des plus ingrates,
des plus difAciles à traiter qui soient, l'une de
celles qui offrent le moins de ressources et qui
rëservent le plus de dëboires à l'artiste qui
tente d'en tirer un parti décoratif: 1e maroquin.
C'est dans cette résistance de 1a matière
première à se laisser traiter, orner, décorer,

qu'il faut chercher l'explication des errements
et surtout de l'absence de variété qu'on a pu
reprocher à l'industrie de la maro-
quinerie.
II faut souligner 1e mot : On
connaît, en effet, le génie naïf et cependant si
curieux des maroquiniers orientaux. C'est
en 1735 qu'un chirurgien de 1a marine intro-
duisit en France les procédés primitifs dont se



MAURICE DUFRÊNE. PORTE-MONNAIE
servaient les artisans barba-
resques pour teindre et déco-
rer les peaux; mais il fallut
de longues années pour que
cet art encore inconnu, ou
plutôt non encore pratiqué en
Europe, trouvât chez nous
des prosélytes éclairés, ca-
pables de lui faire accomplir
des progrès Les premiers
furent les célèbres relieurs de
la hn du XVIIL siècle; en suivant 1a trace des
Levantins, quelques-uns d'entre eux, dont
Thouvenin, parvinrent à enrichir 1a gamme
sommaire des patines et à mettre à jour des
créations qui, on peut 1e dire, préparaient déjà
celles d'aujourd'hui.
Avant i8z).o, c'est presque uniquementdans
1a reliure qu'on trouve l'utilisation du maroquin,
et jusqu'alors 1e travail de cette matière conserve


tous les caractères d'un art,
— cela parce que 1e travail
du relieur demeure lui-même
d'ordre exclusivement artis-
tique. Ajoutons que l'in-
dustrie dénommée maroqui-
nerie n'existait pas encore,
mème sous un autre nom.
Les seuls porte-monnaie alors
en usage étaient les bourses
en cuir ou en soie, à cou-
lisse ou à bague; de mème, l'invention des
porte-cartes et des porte-feuilles de poche était
encore à venir.
On sait ce qu'il faut penser de 1840, millé-
sime glorieux dans l'histoire industrielle, mais
lamentable dans l'histoire des arts décoratils.
Du jour au lendemain, 1e fabricant voit ses
moyens de productions se décupler, et cet
accroissement de forces 1e grise. La production


75
loading ...