L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 3,2.1901

Seite: 93
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901/0114
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
JUIN 1901


dans laquelle notre supériorité reste incontestée.
Dammouse, Milet, Dalpeyrat, Delaherche, Bigot,
Lachenal et un élève de ce dernier, Decœur, y
montrent des œuvres excellentes, dans les-
quehes on remarque la tendance à renouveler
hintérêt des grès par l'adoption de la dècoration
plastique.
Les cuirs
d'art abon-
dent. Si l'en-
gou em ent
du jour fait
trop dégë-
nérer cetra-
vail enpasse
temps d'a-
mateur, le
Salon
montre qu'il
s'est aussi
formé beau-
coup d'ar-
tistes pour
le pratiquer
s é r i e u s e -
ment. En ci-
tant parti-
culièrement
des noms de
femmes, no-
t a m m e n t
ceux de M^^s
Faure - Du-
jarric,Foley
Risler, du
Locle, Rou-
zaud, on fait
acte non de
galanterie,
de justice.
Je le dis
d'autantplus
sincèrement
que je pré-
férerais les
trésors d'a-
dresse de la
femme ver- BONNENCONTRE
sés sur des
matériaux plus... féminins que le cuir.
Pourquoi faut-il constater qu'avec tant de
travaux dignes d'admiration la classe d'arts
décoratifs au Salon donne la sensation de l'in-
complet? Dumoins telle est mon impression.
11 est trop visible qu'aucun hen, aucune solidarité

ne relie et ne fortihe ces efforts individuels. On
sent que chaque artiste s'applique à faire une
behe chose, sans que cette chose converge vers
un but génëral. Chacun veut faire œuvre
d'art, aucun ne pense à apporter sa pierre à
œuvre de l'art. Ceci trouve une expression
frappante
dans le qua-
si- délaisse-
ment de l'art
de l'intë-
rieur. La
Société Na-
tionale des
A r t i s t e s
nousmontre
quatre ou
cinq ensem-
bles; la So-
ciété des Ar-
tistes fran-
çais pas un
seul; hinté-
rieurn'y est
représenté
q u e p a r
deux meu-
bles de M.
Maj o r elle,
t r o i s o u
quatre pa-
ravents ou
tables à thé,
et une demi-
douzaine de
panneaux
décoratifs.
Ce n'est
vraimentpas
assez.
Aussi
longtemps
que cela ne
changera
pas, nous
enresterons
à l'art pour
cohection-
n e u r s e t
musées. La grande force de l'art ahemand, la
force qui lui a imprimë son élan prodigieux,
c'est la sohdarité dans laquehe les efforts de tous
se sont liés en vue d'un but commun: la consti-
tution del'intérieur, «af^LAüMS)). 11 n'est que
trop visible qu'elle est absente chez nous.
G.-M. JACQUES.

SOIR D'ETE

93
loading ...