L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 106
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0132
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF

teur la plus haute tension de l'émotion tout le
long de la pièce; it fait succéder les scènes re-
posantes aux scènes pathétiques. De même le
musicien. L'admirable duo de ^
qui se prolonge pendant un acte presque en-
tier, dépasse la capacité d'attention de [a grande
majorité des auditeurs. Nous le faisons durer
quatre actes quand nous couvrons tout de
motifs décoratifs dans un appartement.
Dès qu'on a vouiu composer des intérieurs
moins conventionnels et mieux compris, on a
senti qu'il fallait éliminer la décoration du

leur donner toutes sortes de directions et de
courbures. Et c'est ainsi que, parti d'une idée
juste, on est arrivé à la chose la plus fausse du
monde : à ces meubles-squelettes dans lesquels
plus rien des formes naturelles ne subsiste et
où, sous prétexte de construction, l'on nous
montre tout ce qui peut s'imaginer de plus
contraire à la saine construction : une forêt de
pièces de bois effarant l'œil de leur enchevêtre-
ment. C'est ce qu'on a nommé le woufgrw
Et comme c'est par les mots que se forme l'opi-
nion d'une foule de gens, celui-ci a eu pour ré-


CH. PLUMET ET TONY SELMERSHKtM

COM DE SALON

meuble et la concentrer sur les surfaces mu-
rales. On s'est alors trouvé en face de la grande
difficulté de composition de l'intérieur moderne :
celle de faire des meubles intéressants par eux-
mêmes et non par les artifices de décoration.
Les fausses manœuvres dans la lutte contre
cette difficulté ont alors conduit à d'autres er-
reurs. Pour se passer des artifices décoratifs,
des artistes se sont dit qu'il fallait renforcer
l'intérêt de la construction du meuble; partant
de là, ils se sont ingéniés à changer les lignes
de ses organes, à en ajouter de nouvelles, à
multiplier les entretoises, les arcs-boutants, à

sultat de discréditer en bloc tous les efforts
tentés dans le but de faire sortir les arts indus-
triels de la routine. Le bon paie pour le mau-
vais.
En résumé, du moment qu'on entend l'inté-
rieur autrement que comme l'entassement, au
hasard, d'objets qui se nuisent les uns aux
autres, parce que tous veulent intéresser de la
même manière et par les mêmes moyens —
qu'on y introduit l'ordre, les valeurs, l'harmo-
nie — qu'on cherche à y restituer au meuble
son véritable caractère, c'est-à-dire celui d'objet
usuel et non celui d'objet décoratif — qu'on
loading ...