L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 192
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0228
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF

masquent et étouffent tes exemptes sérieux
sous ta turbutence de leur réclame, il est
urgent de rejeter toute compromission, et


d'éveilter les esprits sur les confusions qu'on
cherche à faire naître. Méfions-nous des éti-
quettes et allons droit au caractère foncier
des œuvres qui se présentent à nous. Jugeons-
les en elles-mêmes: sont-elles bonnes et va-
lables? correspondent-elles exactement à leur
destination? satisfont-elles nos besoins, nos
goûts, nos habitudes, l'éducation de notre
œil et de notre esprit? Si oui, elles sont as-
surément modernes, — et durables du même
coup, — car pour être modernes, pour
être bien de notre temps, elles n'ont nul be-
soin d'être éphémères. Et la vraie modernité
n'a pas besoin d'étiquette; c'est notre adoption
qui lui donne son brevet.
Ces réserves faites, nous voudrions exa-
miner rapidement quelques-uns des carac-
tères d'ensemble de l'ameublement moderne
et de la décoration intérieure, et en parti-
culier la façon dont les ont compris MM.
Plumet et Tony Selmershcim, et les partis
qu'ils en ont tirés.
Tout aménagement d'intérieur comprend,
peut-on dire, deux parties principales : le
mobilier proprement dit, disposé dans toute
I Ç)2

la pièce, et la décoration murale. Nous
avons dit au début de cette étude que pour
qu'une installation intérieure, quelle qu'elle
soit, impose une impression propre, et pour
ainsi dire une personnalité, elle devait re-
vêtir un caractère d'unité, établissant un lien
évident entre ses éléments divers. MM. Plumet
et Selmersheim y ont très particulièrement
songé, et on les voit toujours très préoccupés
d'établir entre les meubles et la décoration
murale une corrélation étroite.
Et tout d'abord, si l'on veut conserver
cette impression d'unité nécessaire, on com-
prendra sans peine que la sobriété est la
première règle à suivre dans le mobilier et
l'ornementation. Lorsque l'intérêt décoratif
se trouve disséminé de tous côtés et comme
éparpillé par une accumulation de petits
meubles et de bibelots, l'impression d'en-
semble risque d'y perdre beaucoup, et il faut


pour la conserver un sens très poussé de
l'harmonie, des fouillis que l'on peut auto-
riser sans tomber dans le chaos des formes
et la cacophonie des colorations.
En tout aménagement, en effet, la préoc-
cupation de la couleur compte pour beaucoup ;
loading ...