L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 4,1.1901/​1902

Seite: 228
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1901_1902/0268
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF


côtés de cet inimitable esprit, aussi mai
apprécié que lui-même. C'est, pour ceux qui
ont connu et aimé l'auteur de l'Apràs'-Mnûh'
dont les nymphes sont « des
Renoir «, une vérité absolue que sa profonde
filiation aux maitres les plus intimement
français, que son goût passionné pour le
XVIIL siècle, pour un panthéisme riant et
ingénu, auprès des rêveries métaphysiques,
des harmonies hégéliennes qui sollicitaient
sa pensée d'esthéticien. Les 7?u?'g*n<?M.S'e.s' de
M. Renoir errent dans certains poèmes de
Mallarmé, comme les danseuses de M. Degas
aux rythmes de certaines de ses phrases, et
à mesure que les prétendues obscurités de
Mallarmé se dissolvent à la lumière d'une cri-
tique impartiale, revenue des injustices d'antan,

on comprend pourquoi
ce poète mystérieux a été,
autant que Zola et plus
que les Goncourt, l'ami
et le défenseur des impres-
sionnistes. Aux écrivains
de la nouvelle généra-
tion, Manet apparaît un
peu dur, un peu brusque,
un peu immédiat, un peu
trop peintre de morceaux,
dépourvu de mystère et
de charme, réaliste exces-
sivement pour leur désir,
étroitement uni à son
temps et à ses amis litté-
raires. Degas les effraye
et les chagrine par sa
vision ironiste, par son
amère et impitoyable ana-
lyse de satiriste. Monet
les éblouit, mais peut-être
commencent-ils à penser
que sa magnificence est
trop évidente, qu'on voit
trop comment il recons-
titue les mirages qu'il a
saisis. C'est donc plutôt
à M. Renoir qu'ils gar-
deront une tendresse,
parce qu'il est lyrique,
parce qu'il voltige sur
toutes choses, parce qu'il
est multiforme et subtil.
11 y a dans M. Renoir
des morceaux aussi beaux
que dans les autres. Quel-
ques-uns de ses paysages, notamment la Serre,
sont d'une couleur aussi belle, d'une facture
aussi originale, d'une harmonie aussi riche
que ceux de Claude Monet. Ses nus sont aussi
magistralement peints que ceux de Manet, et
plus amoureux N'atteignant pas à la science du
dessin qu'on trouve en ceux de Degas, ils
ont une grâce et un éclat que ceux-ci n'ont
jamais connus. Si ses rares portraits d'hommes
pâlissent devant les portraits de Degas et de
Manet, encore que le portrait de Claude
Monet soit une très belle chose, ses ehtgies
de femmes ont une distinction, un charme
que Manet n'a guère égalés que dans celui
d'Eva Gonzalès; encore le portrait de Jeanne
Samary est-il d'une souplesse, d'un velouté,
d'une féminité chatoyante et attendrie que

BUSTE DE FEMME

A. RENOIR

228
loading ...