L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 5,1.1903

Seite: 168
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1903/0195
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DÉCORATIF

le beau AorRYtA <fe ALttLmre très
sobre dans sa robe noire et sous le jour de
['atelier, est Tune simple et grande allure
C'est un morceau qui a dès maintenant sa
place marquée dans un musée, et nous ne
serions pas surpris qu'il aille l'y prendre
dès la clôture du Salon. Le visage, en profil
un peu perdu, est révélateur d'énergie et de
bonté ; les cheveux relevés avec une élé-
gance aisée dégagent la claire intelligence du
front. M. Albert Besnard nous a donné ici

dont il a déjà retiré tout un poignant poème,
et dans un humble corps de vieux cheval,
le poil froissé et frissonnant, qui broute une
herbe maigre. Le morceau est digne de
Courbet, et d'une force* dépouillée de tout
artifice et de tout effet vain.
Avec son DezA/ Afurz;?, Charles Cottet
revient sur une scène muette et poignante
qu'il a déjà tenté à plusieurs reprises de
rendre. Le tableau prend cette fois-ci, par
l'intensité des visages analysés, une profon-


RENË MÉNARD

Les*

même, dans cette Revue, il y a peu de
mois, un portrait écrit de l'artiste et de la
femme d'un haut caractère qu'est AD" Bes-
nard, — et de cela nous gardons une grande
gratitude ; aujourd'hui, le peintre complète
son œuvre par une effigie scrupuleuse et
noble, où il a mis un très profond senti-
ment.
La sensation de vie, d'êtres vivants en
face desquels on nous jette, nous la retrou-
vons encore chez bien d'autres, de quelque
façon qu'ils aient été conduits à la dégager.
M. Cottet a été la puiser à la fois au pays
de la mer et des deuils, dans cette Bretagne

deur particulière. Ces deux peintures restent
deux morceaux de premier ordre, dans la
différence des sujets. Se pencher sur la vie
animale et végétale, comme observer une
humanité plus rapprochée de la nature, re-
flétant mieux les sentiments primitifs, c'est
aller à la source certaine des œuvres fortes.
Nous verrons comment bien des artistes,
avec leur tempérament propre, ont compris
ces vérités, et nous examinerons leurs ou-
vrages au point de vue de l'impression vi-
vante qui les a inspirées et qu'elles projettent
à leur tour.
(A yzAnre.) GusTAVE SoonER.
loading ...