L' art français: revue artistique hebdomadaire — 3.1889-1890 (Nr. 105-157)

Seite: gm
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_francais1889_1890/0195
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Troisième année. — N° 151.

LE NUMÉRO : 15 CENTIMES

SAMEDI 15 MARS 1890

L’ART FRANÇAIS

JRfflue JfCrtistiqiu cbN<rmaî>air*

Texte par Firmin Javel

Illustrations de MM. SILVESTRE & Cie, par leur procédé de Glyptographie
Bureaux : 97, rue Oberkampf, à Paris

ABONNEMENTS. — Paris : un an, 9 francs; six mois, 5 francs. — Départements : un an, ÎO francs; six mois, 6 francs.

EXPOSITIONS

EXPOSITION

DU CERCLE

LES PEINTRES-GRAVEURS

La deuxième exposition des peintres-graveurs vient de s’ou-
vrir dans les galeries Durand-Ruel, rue Le Peletier. Elle est plus
intéressante encore
que celle de l’an der-
nier, dontnousavons
parlé en la signalant
comme une innova-
tion des plus heu-
reuses. De jeunes ta-
lents se sont unis à
ceux déjà acclamés,
et le groupe des cher-
cheurs d’effets et d’in-
venteurs de procédés
s’est accru notable-
ment.

Les maîtres, toute-
fois, ont gardé leur
place, et vous retrou-
verez là M. John Le-
wis Brown avec des
lithographies tirées à
trois couleurs, à pe-
tit nombre, d’un, ca-
ractère d’art excep-
tionnel. Nous avons
obtenu de l’éminent
artiste l’autorisation
de reproduire, dans
Y Art Français, une de
ces remarquables es-
tampes , véritables
improvisations d’un
de nos premiers pein-
tres de chevaux.

M. Pantin-Latour
est également repré-
senté, comme pein-
tre et comme litho-
graphiste et surtout
comme poète, dans
le radieux éclat d’un
talent très grand et
très personnel.

de M. Braquemond, d’après J.-F. Millet. Les épreuves de pointe
sèche de MIIe Mary Cassait sont d’un caractère absolument ma-
gistral.

Les pastels de M. Jules Chéret, ceux de M. Henri Rivière
ainsi que ses étonnantes eaux-fortes, d’une allure si neuve, si

hardie et si souple à

de l’union artistique la fois ; les eaux-for-

tes de M. Besnard et
un dessin très serré,
une étude de femme
nue, du même ; les
envois de MM. Henry
Boutet, Marcellin
Desboutin , Forel ,
Norbert Gœneutte,
Sisley, Léon Lher-
mitte, Lerolle, Lu-
nois, Albert Robida,
Jeanniot, Vignon,
Henry Somm, Lu-
ce, etc., luttent bril-
lamment avec les
superbes ouvrages
des artistes étrangers
comme Storm de
Gravesande, Francis
Seymour, Haden, de
Z wart, T hornley, etc.

Nous reviendrons
sur la deuxième ex-
position des peintres-
graveurs.

Je AK Gigoux.

La présente exposition offre, sur la précédente, l’avantage de
nous initier aux mystères des premiers états de gravures. C’est
un attrait de plus, et à ce titre, on étudiera avec la plus vive at-
tention les différents états des eaux-fortes de Henry Guérard, qui
obtient des effets de couleur vraiment inouis, les beaux travaux

LE SALONJfATIONAL

Le Salon organisé
par la Société natio-
nale des Beaux-Arts
s’ouvrira, ainsi que
Ü nous l’avions annon-
cé, le 15 mai pro-
chain, dans le Palais
des Beaux-Arts, au
Champ-de-Mars.

M.. Alphand va
transformer l’ancien
ne galerie de la
sculpture de l’Exposition décennale en un vaste jardin d’hivey
avec restaurant.

La sculpture du Salon national sera installée sous le dôme, à la
place qu’occupait la sculpture de l’Exposition centenale, et la
peinture — sept ou huit cents tableaux, tout au plus — sera

Une aine en route pour le ciel.
loading ...