L' art ornemental: revue hebdomadaire illustrée — 2.1884

Seite: 25
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_ornemental1884/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N° 59. — Deuxième année. ^"5V^?^'° 15 Mars 1884

DIX CENTIMES LE in" TJ Ts/L é R. O

PARIS : 33, avenue de l'Opéra. Paraissant tous les Samedis. BRUXELLES : A. N. Lebëgue et Cf\

TURIN : Mattirolo Luigi, io, Via Po. Directeur el Rédacteur en Chef : G. DARGENTY NEW-YORK : Brentano Brothers.

Paris elDép. : Un in, 5 fr. — Six mois, 2 fr. 50 on s'abonne sans frais dans tous les bureaux de poste Union postale : Un in, 8 tr. — Six mois, 4 fr.

lista ou arcubalista, machines pour

EXPLICATION DES PLANCHES JÈ > lancer les.flèfhef>sortes de b«listcs

jÉjf 11 ma'n 1U' réunissaient la propriété

Cartel -v^^^^^^^^^^-.\ indiquent évidemment une arme de

Nous avons déjà donné dans notre f^^^^^^W^^^^^^ 011 nc Pcut cn donner une dcscrip-

numéro u un superbe cartel de grande llf'WwMp *^8a'Bi tion précise, faute de renseignements

dimension, orné de fleurs et surmonté wÊÊlb&Ê- > \P|»|lSrr suffisants.

d'un petit groupe de bergers. Celui ^^:f.,^^^^^^^^^^^^^1^^^^-^L^2^^%l-^7-^ L'origine de l'arbalète moderne

que nous reproduisons aujourd'hui iW/f^^^^^^mW^^Ê^^^^^^l^^ n'est Pas bien connue. Elle remonte

est d'une époque un peu antérieure. ^^^^^.^^^^^^^^^^^t- ' ^ ^ CCrta^nemCnt fU commen"

Arbalète. J^tt^^^!^^^^^^^^^ \'^ des soldats armés^d'arbalètes sur^une

Cette arbalète appartient au Mu- ^Û^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^Ê^^^^^^^ Cluny, Heldric, mort vers ioio ou
sée impérial des armures de Vienne. ^^^^ii^^ŒfM' xÉ*S ¥11 ^^Tw^M^r^^ ion. Selon Guillaume de Poitou,
Ses ornements sont en ivoire sculpté. J^^T^f^^aVU^W r^i***>i ^^O^^^^^kgst^È^' n,ppcllc M' Rosc> cette arme iut cm-
A l'intérieur de l'arme qui, selon toute f[t!tëSsÊffl&W Ij^P »"* ^^^^ TO^^^'w^l ployée à la bataille de Hastings (1066).
probabilité, a été faite pour l'empereur jyH^^BL^^w/ | / |èj Y n l}|fi^^PJ^j{ Sous Louis VI dit le Gros (i 108-1137),
Maximilien 11, se trouvent les armoi- Jrfifj^gBW| Bj|î5feS3*)S^'a©aB>' Jr^nP|]fP\r J^Er ^ existait en France des milices d'ar-
ries des treize provinces de l'empire j^W^^Î^\wS«îi V^aL , JL// iW||lji(^V»^Si'- balétriers. Enfin, en 113 9, le concile
d'Autriche. <NHB»lf P. HBà C^r*^**. ® /^w!^'jj, .\xMi-H^mf. V de Latran défendit l'emploi de l'arba-
L'arbalète est une arme de trait -^^~TT^vV>■ jf/M^^MX^^^' " cause ses enets Par trop
dont on se servait avant l'invention J&fc^l^BÉ^ £>'<■?■,._ ■^^^^o/^'^jy/^mm^^ meurtriers ; mais, malgré cette pros-
des armes à feu. Elle se compose '^T^ni^^^SÊ^^^Z^^^^^^^^^^^^^^^' cription,l'usage s'en conserva jusqu'au
d'un arc en acier ou en bois solide 4AœJ® ^^jd^^^r^^'^^^"^^^^^xviii" siècle. Ce n'est que l'extension
résistant, qui est monte sur un affût 'W^S^^ des armes à feu qui la fit abandonner,
en bois nommé arbrier. On tire Par- * ^f^^flHffljj^^^ï,,,. Dès le commencement du xiV siè-
balète en appuyant le bois sur l'épaule. ■ V-^^SR^' Sf" î-^' ' c'e ^cs arbalétriers se réunirent en
On vise au moyen d'une hausse ou ^^^^^^^^^' ' ✓''''^^S corporation. La plus ancienne société
fronteaude mire qui a souvent, comme @4MbS|w > / d'arbalétriers que nous connaissions
les hausses de nos fusils modernes, .M' en France remonte vers le milieu du
des trous percés à diverses hauteurs. mWkiMË&. Wl '^^ftll iWlIlTT XIV' s^'clc- ''"e 'ut f°ntl^'e a Com-
lesquels servent à mirera différentes ^W^/^SSmymWKKm'W^K piègne en i35j et confirmée par lettres
distances. La corde de l'arc est rete- ''^^^^i^P'^^^^"""; patentes en date du 10 août i33<j. Près
nue ou bandée par un cran taillé dans «iVv^wf^^rw *"'-":'-1^*ïr^ d'un siècle après, en 1437, Charles VII
la noix, laquelle est maintenue par une ^;Tttlk^^^fei^^^- prit cette société sous sa protection.
gâchette. Une pièce de fer nommée jjp, 'iîpwreit "^^Ir^ Nous possédons aujourd'hui dans
clef, placée sous l'arbrier, sert de dé- ^^JKM|vf^MB|k\i nos Musées toutes sortes d'arbalètes,
tente pour faire échapper la gâchette 'f W^LÏ^wlÉp' Un grand nombre de celles qui datent
et partir le coup ; le trait, guidé sou- flKïwK2^S^ de la Renaissance ont leur fût cou-
vent par une rainure, est maintenu en |pPH||^9Wx/ vert de plaques en ivoire gravé, ou le
place par une pièce nommée lient-tout. ^Y^n^^^f" fût lui-même est incrusté d'ivoire d'une
Notre figure représente une des plus JKl^K grande richesse de dessin; les arcs
belles arbalètes qui fassent partie des jfe^fijl d'acier sont unis, mais la plaque de
collections d'armes. '^C^wtJ 'tvr.^w r, . détente, la détente elle-même et le
L'invention de l'arbalète est attri- r v garde-main ou sous-garde, sont en
buée aux Phéniciens. Les Romains fer damasquiné ou ciselé et gravé,
connaissaient également un genre Cartel en- bronze doré. Au milieu de toutes les sortes d'ar-
d'arbalète qu'ils nommaient manuba- Travail français du temps de Louis XV. halètes portant des noms divers, il y
loading ...