Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 151
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0173
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
HIPPODAMIE.

nonucau purfuiuant lc mariage d’ Hippodamie fe presintoitfitrles rangs : la oh en pleine courfi Oenomaùs ie
mettoit a mort a coups de dard, qnand iL l’auoit iointdeprés. Ce Myrtïlusfut amoureux d’Hippodamie aufii
bien que les autres, mais ïlne s’osipas aduanturer deprendre le haz,ard de la condition spourtant il demeufa
coy, &fi retint a seruir d’,aurigateurà Oenomaus. On dittoutesfou qtt’ille trahit a Laparsin, ayanteftégavme
par Pclops, qui luy iura siolemncllement de le laijfier ceucher vne nuicL auec Hippodamie. Puis apres, comme ils
nauigeoient enfemble , & Myrtilus l’euft femond desiatissaire à siipromejfe ,par le ferment qu’il en auoitfait,

LPelops le tetta du nauire en la mer, quipnt delà enauantfion nom. Les Phineates enrecueiUcrent le çorps quç
les ondes auoient ietté au riuage, & luy donnerent fipuitures luy siacnsians chacun an de nmci, comme à vn
Heroe : toutesfois ïl ejltout certain que PeLops ne nauigea gueres auant, ains feulemcnt depuis la houche d’Âl-
phee, iufques au Haure des Eieens. Tellement queparlà ilfiemble, que La mer Myrtoienne nefnt pasainsiap~
peliée de Myrtilus fiis de Mereure ,• careile commenccà hfled’Euboée, & arriue iusquesàvne autrepetite isie
deferte en la mer Egée, qu’on nomme Heiene. Att moyen dequoy ceux qui racontent les anciens saiiis des Èn-
hoéens, me femblentparlerpluspertinemment, dedire que la merMyrthoiennepritce nom-là d’vne dame ap-
pclléeMyrtho. Pline au liure 4. chap. n. ditque ce fut d’vne petiteisse du mesme nom, qui n’est
gueres loing deCariste ville d’Euboéeique ceux qui nauigcnten Macedoine descouurenç
d’emprés le cap de Geraste.

L e m e s m e Pausanias encore és Eliaques,parîant d’vne bornc en forme d’autel rond,
qui est au Cirque de l’Olympie, où se souloient faire les courses des cheuaux 6c des chariots,

6c est communément appellée le T araxippe.

03 A n d Les cheuaux ( dit-il ) Jont arnuez cn courant là aupres ,foudaïn ils font surpris d’vne fort pavsanias,
grande crainte ,fans auctmc occafion apparente, & de la crainte entrent en vn ejjouuentement & ftaycur : de
forte que laplvs-part du ternps les chariots se brisentparpieces, (st les aurigateurs se biejfent à bon ejcients par-
qnoy ils ontde cousiume de sacnser & finre Leurs prieresà ce Taraxippe,pour L’auoir fiiuorabie &patjible,

<JMais les Grecs nefintpas totts d’vn accord là dejjks ; car Les vnspenfènt que cefioit la fepulture d’vn quidarn
natif dupays, qui sut vn fort exceLlcnt conducicur de chariots, & l’appellent Olemtss, dont le rocher Oleme qui
eji en i’Ehde, auroïtprts fôn nom. Les aiitres cuidentque ce foit Dameon de FhLiunte, lequel accompagna
Herctdes au voyage contre zAugeas dr les Elécns, là oh il fut tue auec son cheualpar Cteatus leJils d’Atstor:
d raifon dequoy ils luy dreferentvn tombeaupoiirluy çj son chcual tout enfmble. Ily en a d’autres qtti tien-
nent, que Pelops bafiit en ce lieu-là vne chappeile vuide à Myrtilus, <&y sacrifîapour appaijèr fon indigna-
tion, du meurtrcpar Ltty commis euuers luy, Le furnommant Taraxippe, comme qui diroit, ejsroy de cheuaux$
à caufe que par Jon artifîce ccux d’Oenomaus auoient esté cjpouuentez, & mis en defordre. fjueLques-vns
veulent dire cncore, que c’efî Le ?ncjme Genomaus qui contrarie ainji à ceux qui courent dans le Cirque.

Ten ay ouypuis-apres qui rejèroient cela à Alcathous sils de Porthaon, lequelpourchajsant le mariage d’Hip-
podamie, fut là mis à mort par Oenomaus, ér enfiuely sur la place : tellement que n ayant peu ohtenïr jon
desir cn ce Cirque, il s'efî rtndu par defpit vn ejjnt ennuyeux & molesse à tous ceux quiy courent. CMais
certain Egyptien ajfe me,que Pelops receut iene siay quel charmed’Amphion LeThebain,qu il enterra cn
cet endroitqu’on nornrne Taraxippe : dont lescheuaux d’Oenomaus surent ejpouuentez, & tous les autres
qui y coururcnt depuis : esimant cet Egyptien ,qu’tceluy Amphton & Orphée furent de tres-grands Magi-
ciens autrefois ,érsircnt tantpar leurs cnchantemens, qae les befîes stuuages fuiuoient de leur bongréçet-
tui-cy ,• fîr les rochers fe rangeoient deuers l’autre ,pouri’ediJication deJès muraiües. JAPais laplus faine opi-
nionde toutes, esiqueceTaraxippe foït vn surnern de NcptuneHippicn oulecheualier. Ily aencore vn Ta-
raxippe en l’IJfîhme, à fiçauoir Glauchus jils de Sisiphus, que l’on dït auoirefîé tué des cheuaux, lors qu’Aca-
Jius sit celehrer Les icttx deprix en l’honneur de fenpere. En Nemte pareillement il n’y eut oncques aucun
Heros des Argiues qui nuïsifîaux chcuaux : trop bien an delà du defîour ily a vnepierre rouge qui Les ejfraye,

& leur saitpeur par sa resplendeur: tout ainsique fic essoitqnelque feu. JMais le Taraxippe de l’olympe esi
hien de plus grande essicace à les partroubler. cAl’vne des barrieres au refte, ïly a vne Jiatuède bronze, qui
csid’Hippodamie ,tenant vne couronns entre les mains, commefi eUe en vouloit couronner PeLopspourla vi-
cioire qu’il a obtenuè.

Svit puis apres^pour le regard des cheuaux d’Ocnomaus & Peîops, Sc des amoureux
d’Hippodamie , ce qui s’ensuit. Par deLà lelogis des Lucieurs, çj autres qui s’exercentpourles combats
desieux Olympiques,fioudainque vous aurezpaséle Cladee, vousrencontrerezle sepulchre d’Oenomaus, en
vitepetite motte de terre muraillée tout à l’entour : & au dejfns d’iceluy, les ruines de ie ne fçay queIs edifices,
qu’onprcndpourlesescnriesdeJèscheuaux. Ayanttoutcepastranersélariniered’Alphée,vousentrerezen
la terre des Èiseans ,là oueji vn tertre haut cflcué : & en iceluy les rejies de la vilLe de Phryxe, auec vn tempLe
deMineruesurnommée Cyclomes lequelde mon tcmps encore,representoit totalement lafîgure d’vn autel>

LesELéens îiennent que Pelopsluy facrifîa, deuant que de venirà L’espreuue contre Oenomaus. Auparttrde la
vous trouuerez la riuierede Parthenie dt lout ïoignant lafpulture des cheuaux de Marmaces} qiufut, ainjï
que l’ on ditjepremier amourcuxpourchajfant les nopces d’ H ippodamie auant que nul autre aujte mis a rnort^
parOenomaus. Les noms de fis mmens efoient Partbenic & Eriphe, qu’Oenomaus majsacra apres auoirtue
leurs maïsircs,& les enfeuelit,donnantle nom'de Varthcnie à la riuiere qui coule aupres.Iiy aencore vne nom-
mee Harpinnates: & nongueres loingde là,d’autres ruvnes tant de la vüle d’Harpina?que d vn autel. On dn

N iüj


loading ...