Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 354
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0376
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
3!4

P A N T H E E.

s UE

A N T

E E

<A R G V M E N T.

Y r v s fils de Cambjfes Roj de Perfe 3 dé Mandanéfllle d*

fijagts Roy de Medieb en la premiere rencontre quil eut contre les
. éfjrienssontil obtintla <vicvQire>eut d fapartdu butin entre lés
autres desouïlles des ennemis f anthéefemme d’Abradatas Prin«
çe de la Sufienne : lequel eftoit cependant allé en Ambasfade deuers le Roj des
Baétrians. Cette Panthée tenuëpour la plus belle dame de toute ïAsie, Cjrus
la donna engarde a vn ieunefeigneur Medois jnommé Arasias^qui en deuint
extrémement amoureux. Et lajant folicitéeparplufieursfois elle qui por-
toit vnfingulier amour lojauté dfon marj,enfitfaire ses plaintes d Cjrus^
lequel pour cette occasion lofia d Arasias 5 quil enuoja par mefme mojen ef-
pier les asfaires des ennemis. Sur ces entrefiaites Panthée ajant tiréAbrada-
tas au partj de Cjrus y ileutbataille donnée contre toutes les forces de s Asie
iointes enfemble ,fous la conduite du Roj Crefus de Ljdie: en laquelle Abra-
datas qui auoit requis la premiere pointe opposée au bataillon des Egjptiens,
les mèilleurs plus feurs combatans queuffentles ennemis alors faifaitt Id

tres- evaillamment fon deuoir entre les premiers sut de mal-heur portépar
terre hors defon chariot^qui bondijsoit trop rudementparrnj lesgrands tas
monceaux de corps morts 5 Id ouilfut tout foudain majsacréen la soule. Pan-
théeypour raifon de cela> <vamcuëde douleur (j? impatience d’ Amour,fe don-
na la mort ; tellement que par <vn mefme mojen ils surent enseuelis tous deux
enfemble. Mais il <vaut mieux <voir cependant ce que defcrit letableau divne
fi tragique piteufe hisioire^qui nous monsireasiesclairement l'enuie que de
tout temps la fortune porte aux plus grànds plaisirs contentemens 3dont

nous nouspropofonsiouyr en ce monde ^efiant toufiours en aguetpournousen
srufirer : & au lieude cela (fidauanture nousj fommes trop attachez, Jnous
introduire (si delaijsertout regret ^ confufion d 1 esirit^safcherie^ desesioir^
melancholie.

B L L L E
loading ...