Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 624
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0648
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
<324

P y RRHVS E T

lesnomscstoient Ambrosie,Eudore,Pedile,Coronis,Polissb, Phyleto,&: Thyené, lesquelles
sc voyans persccutces par Lycurguc, à la persuasion de Iunon, qui esloit iaiouse de Iupiter, à
raison d’iceluy Bacchus qu’ilauoiteu de Semelé, autrementditte Hyen,{elon le mesme Phe-
rende, s’enfuirent à Thebes, &c l’emporterent aueçqucs elles pour ie garantir, oùelles ie con-
{io-ncrét ésmains d’Ino,ceque Iupiter voulât recognoistre?kes transsata aunombre des Astres.
£c à cc propos Plutarque au trai<5té d’Osyris met que Dionysms ou Bacchus estoit appellé
ssyes7 pource qu ii preside àfe nature humide : Ce que confirmc aussi Suidas en ia di<fl:ioii vilç>
apres Ciidemus,où il ditque c’efl: l’Epithete de Bacchus, pourcequonauoit accoustumé de
luy sacrifier quand il pleuuoit. Musée aurestequinemetquecinqHyades, raconteque d‘A-
thlas & de Pleione furet procreées quinzefilles,&vnfils appellé Hyas,que ses sceurs aymerët
singulieremet, si qu’âÿânt esté tué d’vn Lyon à la chasse, cinq d’icelles,les premieres nommées
le pleurerent de sorte quelles en niôürurét,&: pour ceste occasion furenten general appellées
Hyades,dunomde leur frerc Hyas, lequel, selon TheséesurHesiode, s’excrçoientàla chasse
des serpes dont il fut piqué. Ou bien ellessont ainsi appeliées de lafigure d’vn Ypsilon Grec,
dont elles sont arrangées au Ciel. Les autres dix sœurs sestans assemblées pour consulter dc
cc qu’elles deuoicnt aufli faire de leur coste, les sept se resolurentde mourir comme les autres:
Etpource qu'elles s’estoient trouucesenplusgrandnombre,delà ellesfurét appcliées Pieïa-
dcs, pource quê 7rh&v7cn lahgue Attique pout $X*op,signifie plu*. Procle demesme en sa Sphere
n’enmetque cinq,&:leslogeenlatesteduTaureau, enchaquecorne vne,dèuxaufront, &c
vne au muflle : et csî fôn tS siuxçshva rè vxvçgv VAisÂpQi ctçepeç, tvv àejt&nÿv ju cwtv) e, yj^Moiw'rcu vaJ\ç.
Ces Hyades au reste que Pline xviij. 16. dit cstre impetueuses & turbulentes tant sur la terre
que sur la mer, se coüchent le vingtiesme d’Auril, qui est la veille du iournatal de Rome, dit
les Palilies, parquoy cecastre est appellé de là le Paliiièn.

V o v s voyez» bienaufi Oriony le compsc du(jud,& la causepoarquoy il a esté tranftatè entre lesEstoillesy
remettons-leansneautresois. Les Poetes,&entre autres Ouideaucinquiesmcdes Fastcs,rac5tenc
que Iupiter, Neptune &: Mercure s’estans mis de compagnie àfairc leurs chcuauchées &c visi-
tcs icy bas parla terre,ils arriuerent vn soir bien tard à la cahuette d’vn pauure laboureuruom-
mé Hyrcus, qùi lesreccutfort courtoisemcnt, encoresqu’il nelescogneust paspour Dieux,
&; tua vn seul bceuf qu’il auoit pour les traider : Si que Iupiter admirant cestc honnesteté luy
cdroyade requerir tout ce qu’il voudroitsouliaitter,qui futd’auoirvn enfant, sans toutcs-
fois se remarier, parce qu’ii i’auoit promis &c iurcsolemnellemet àsa femme lors qu’eüe estoit
morte. Et làdessus cesDieuxse faisans apporterle cuirdu bœuf immolé pourleurarriuée,
vrinerent tous trois dedans, &c luy ordonnerent de i’cnfoüyr dans la terte sans lc remuer ny le
descouurir de dixmois, auboutdesqueis de ceste vrinepesse-messée, nasquit vnenfant,qui de
îàparle changement d’vne lettrefutnommé Orion: Toutesfois Strabon au dixiesme,lc veut
faire venir d’o&ç, montagne, pource qu’en sa icunesse, il s’addonna du tout à la chasse parmy
les montagnes &cprofondes forests,àen deuint si exeellent maistre, que parvne outrecui-
dance insupportable,se confiantpar tropà{àforce,expertise,&: agiiité, il se vantoit n’y auoir
bestesi ferocedont il nepcust vcniràbout. Dequoy iaterre touteindignée, ailaproduire vn
grand Scorpionqui lepiqua, dontil mourut: MaisDiane, auseruice de iaquelle il s’estoit
voiic, en ayant eu compassion, le transsata vers ies pieds de deuant du Taurcau, en vn astre au
Ciel, qui consiste de dix-sept estoilles disposées en formc d’vn homme armé d’vn coutelas
qu’il tientaupoing, trois, àsçauoirauhautde lateste,qüi sontfort claires: en chaque espauie
vne, au coude droit vne,mais obscure,en la mesme main vne, trois obscures enson coute-
las, trois en sa ceinture,en chaquc genoûil vne claire,&: autant aux pieds. Plutarque au traisté
d’Osyris, mctque l’estoile caniculaire est i’ame d’isis: Orioncelle d’Orus, &: l’Ourse deTy-
phon. IupiterfitdemesmeduScorpion, &:lemit svn desdouzesignesduZodiaque, mais à
cause de leur inimitié,il les ordona desorte que quand l’vnseleue, l’autrese couche. Hesiode
au reste le fait estre fils de Neptune, &: d'Euryale fille de Minos : Et obtint ce don de son pere,
depouuoirmarcheraussi legerement surles onaessans s’yenfoncer, ny moüilier le pied, que
saisoit Iphicle sur la teste des espics de bled emmy les champs,sans ies accabler.Outre plus que
s’enestant aliédeThebes àChio,ilprit iàMeropé àforce,fille d’Enopien,qui l’aueugla pour
ce forsaid, &: ie chassà hors de son Isse, d’où il s’enallaà Lemnos vers Vulcain,qui luy donna
vncondudeurappellé Cedalion^equel le chargeantsursoncol leportoitde costé&:d’autre,
tantqu’il arriuadeuers leSoleisqui leguerit, siqu’il retournaà Chio pour se vengerd’Eno-
pien, mais les siens l’ayans caché dessous terrc, hors d’espoir desormais de le plus trouuer, il
passa en Candie, où s’estant du tout addoné aux chasses,il s’enorgifeillit mesme contre Diane,
qui pource qu’il s’estoit mis en effort de la violer, ce dit Palephate, suscita la terre de produire
le Scorpion contre luy, dont il aduint ce que dessus. Mais Homere au cinquiesine de l’Odys-
sée , metque cefutDianeproprequi letua àcoups desseschcsen llssed’Ortygie, autrement
Delos,pardespitdeceque l’Auroje sestoit enamouréedeluy: Ceque confirme aussiPlutar-

que
loading ...