Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 625
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0649
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L E S M Y S ï E N S. 625

quc cn la fortune dcs Romains, où il dic qu Orion fut aimê d’vne DeelTe : Et Tclesarque à ce
propos racote qu’Esculapefutfoudroyé de îupiter,pource qu*il auoit vouîuressusciterOrion.
Pausaniasenses Bœotiques, ditque sa sepulture estoit à Tanagre : Mais Pline plus àproposli-
ure 7. chap. 16. qu’en Candie par vn tremblement de terre se descouurit vn corps mort, long
desoixante-neufpieds,qu’one{l:imoiteO:red 5Orion. II se leue le neufiesme de Mars, selonle
mesmePline xviij. 16. Ètlorsse faitde grands orages &: tempeO:es,comme ilmet auvingt-
huidiesme chapitre ensuiuant,ou il lefait couchcr le vingt-vniesme de luins EtOuideau
quatriesme des Fastes, le huidiesmc d’Auril.

Ante tamen quàm fhmma dies Jscfôacula sistat,

Bnsifer Orion œquore merjm erït.

Mais l’Almanachde Ptolemée en metplulîeurs autres couchées, Sc leuées, comme des au-
tres estoilles fixes selon les diuerses considerations des Cosmiques, Heliaques, Ôtc. quine
sontpas decepropos. Pindare en laseconde desNemées le situë non gueres loindes Ple'ia-
des, opevS.v')* üsàijdJhv un CLexMct v&t^tctj.

L e s estoilles quï ftont dti âejjlis de luy, ce font l’oursè, ou le cbariot, qui ne fteplongefoint dans
sûcean, commeJoigneuJcgarde d’Orion. Cecy est d’Homere de mot à mot.

nxviiddcu; Vctdïtç TE, TOTè edivoç DieictiVQÇ,

ÂpXTOv ô Iw s ctfJsscijV ’tysizMcnv t^Aîacnv

H.V tjjurd çpetpîraj) f r Q.’exuva Jovjivs

O c&gjVÿfiç ’dçi ?$f*aùV ClsùSciVOÏQ»

Lts Pleiades, & Hyades
Et la force d'Orion,

Et i’Qurfe qtte l’on firnomme
Le cbanot qui Id pres
Tourne,& Orion obferue3
Sans tamais de ÏOcean
S’aller baignerdans les ondes,

Là-dessus il faut entendre, que Lycaon Roy d’Arcadie eut vne fille d’exceÜente beauté^
nommée Calysto, laquellerejettant touslespartis quisepresentoient,se dediaentierementau
seruice de Diane, à la suiure 8c accompagner en ses chastes accoustumées dedans les profon-
desforests -, dont elle acquittantde gracc enuers la Deeste, qu’elle rauoitmise aurangdeses
plus clicres fauontes jquand Iupitcr quis’en estoit de longue-mainenamouré,respiasisoi-
gneusement, que latrouuant seuie esgarée cmmyles bois,l’engrosta. Quelquesmois apres,
Diane l’ayant contrainte de se despouiller toute nuë pour se baignerauecques clle, ses com-
pagnes les autres Nymphes, sa grostelTe se descouurit, si qu’elle la bannit de sa compagnie. La
pauurctte ne sçachant où se retirer, enfanta bien tosl apres Arcas dans les bois; Et Iunon pour
se vanger d’eîie,la transtnua en vne Ourse;qu.e Diane à sa suscitation mit à mort à coups de sses-
chcs, comme met Pausanias en ses Arcadiques ; où il dit qu’elle estoit encores groste d’Arcas,
mais que lupitcr enuoya Mercure pouu sauuer l’enfant qu’elle auoit au vcntre, du nom duquel
fut depuis appeîlée l’vne des plus ancienes contrées du'Peloponese, Arcadie, où iî regna apres
Ny&inus; 8c trouua i’vsage du bîed Sc du pain,comme il aesté dit cy-deuant au tableau d’Her-
cules 8c Acheloë : Êt quant à la mere, elle fut transmuéc par Iupiter en vn astre. Arcas donc-
ques ayant esté presenté par des chasseurs Etheliens au Roy Lycaon sonayeul sans qu’ille co-
gnuft, il fut de îuy soigneusement esteué Sc nourry iusques en l’aage d’adolescence enson Pa-
lais;où Iupiter estantvniour arriué, Lycaôn pouresprouuer s’il estoit Dieu, îuypresentason
ftls Arcas rosty bouïlly en plusieurs menues parcclles ; Pour raison dcquoy il le mua tout à l’in-
stant en vn Loup, Sc rastemblant les membres d’Arcas,le remit en vie: Puis finalementîe trans-
mitau ciel auecquessamere, quiobtintlelieude cequ’on appelleî’Oursemajeur, ou Helice,
selon Hesiode, Sc Arcas du Bootes ou Ar&ophylax gardien de l’Ourse, dont Iunon indignée
de cettesaueur,requit sanourristeThetisde ne les vouîoir plusreceuoir l’vn nyl’autredans
les ondes marines. Mais c’est pourie regard de nostre Hemysphere du Pol Ar&ique, qui a
pris son nom de cette Ourse ,parce qu’elle en est tout aupres auecques sonfils, Ôc tournoienc
incestammenr a i’entour, sans s’aller perdre de nostre veuë sous l’Orizon. La fablc en est au
longtraitéc ausecond desMetamorphoses : Et Homere au cinquiesme de l’Odystée l’appellc
3e chariot, ia mettant aupres des Pleïades, Sc d’Orion, qu’cile void continuellement ôc obser-
ue, seule, dit-il là encores 3 qui ne se baigne point dans FOcean, Sc reitere les mesmes versdu
dix-hui&iesme de i’Iliade, alîeguez cy-destus. Paiephate y moralisantàlamaniereaccoustu-
mée, dit queCalysto s’estantfortadonnéeà la chasse fut deuorée d’vne Ourse dans sa caucrne
loading ...