Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 670
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0694
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
€7o les heroiqves

vi'gnCj poury prendre vostre seul plaisir, laissant vnc sî grande estcnduë de
terrouerinutile & vagueàlentour. Vigneron. Alaverité cesaliées mesoilt
sacre-sain&es : car c’est où mon Heroë se promeine plus volontiers. Phem-
cien. Vousmepourrez plusàloiiîrcompter ceçy apres que vousserezassis
auecques celuy que vous menez : mais ce temps-pendant dites-moy ie vous
prie, si cette possessîon est à vous en propre, ou si vous la tenez à loüage dvn
au tre qui cn loit le maist re* &C esseuez par vostre labeur ce qui le nourrit,ainsi
quVn autre Ceneus d'Euripide. Vtgnerom Rien ne m’est demeuré dc tous
biens que ce peil de fonds, lequel à la verité m entretient honnestement,tout
le reste de mes heritages m ayant estéosté par des pîus puiïsans, pendant que
i estois encores en tutèlle: & si c est Prothesilaus qui me Fa donné Jayant ost é
à ie ne sçay quel estranger de la Cherronest qui le detenoit : car il iuy enuoya
certain phantosmequilaueugla3parquoyil futcontrainâ:de sendepartin
,. Phenmen. Vous auez certes rencontré vn bon protedeur & èardien de cet

Le ciuqua- ■ r N t i O

iieur & ha- hcrita^C &: n auez a craindre q u’vn tel Patron y veillant pôur vousjes lou ps

rangueur P U“. ° 1- 1 » 1 V

biîque. y cntreût. VignermN ous dites vray, car ii ne permet qu aucüne bcste num-

ble se iette dedans, ny aux couléuures, ny aux phalangrons & lezards qu on
appelle les T arentelles: ny que le Sicophante viéne icy roder à lentour pour
nous y dreïser quelque embusche, qui est la plus pernicieuse beste de tou tes
autres,car elle ruine &C prosterne tout és congregatiôs publiques. Phemciem
Comment doncquesle permettez-vousderegner, quiàcequeie voy vous
pouuez deffendre du béc, car il me semble que vous nestes pas du tout des-
pourueu d eloquece. Vigneron. A la verité en nos premiers ans nous faisions
nostre residence en la ville,vâquan$ à lestude de Philosophieroù nous auions
de fort bons maistres:maisnostre faidnalloit pas bienàla campagne^ car
estans contraintsdenous en remettre siîrdesvalets,ilsne sesoucioient pas
beaucoup de nous en rapporter ricn aü logis, de sorte qu’il nous faiioit pren~
dre à interést de làrgent sur nos heritages^ou estre oppressez de necessîté. Or
soulois-je auoir pour mon conseil en tou tcs choses Prothesilaus : mais estant
alors indigiié contre moy pour vne iuste ôccasion, mesmement que ie làuois
quitté pour me retirer à la ville, il se tenoit coy sàns plus me vouloir dohner
aucunaduis nyinstrudiÔ. Mais commcieren eusseprdréimportunément^
&C luy alleguassequesilmesconduisbitde cela iestoisendangcrdemeper-
drejie changeray dàccoustremët,va-iIdire,cequeienecompris pas àlneu-
re,maisyayantpensédepluspres,ie cognusque par là il me commandoît
de changer maforme de viure. Au moyen dequoy mVstant reuestudVne
pcau de cheure, & garny dVne bonne besche, ie này sceu depuis iusques icy
retrouuer le chemin delavilîe: car toutes choses màbondentaux champSÊ
& quâd bien quelquVne de mcs brebis samaladeroit, ou mesrusches à miei,
ou quil aduint quelque accident à vn arbre,iVseen tout celadeProthesilaus
pour mon medecin, viuant ensemblement auecques iuy, adonné dü tout au
labourage: si que de iour à autre i’apprends dc luy, & deuiens plus sage,car i!
y a beaucoup de sens & de prudence enluy. Phenicien. Certes ie vous estime
bien-heureux, tant pour sa conuersàtion ainst familierc, queq?our vn tel he~
ritage vostre: quand non seulemëc vous y recueillez des oliues/Se des raisins,

mais
loading ...