Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 688
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0712
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
688 PROTHESILAVS.

tiqué, il s acquit dcpuis vn nom fort illustre, &C ne fut vaincu cîe personne.
Maisoyez-vouspointcePlutarque àmaindroide? Then. Ie 1 oysdevray,
&C voulezdire,cemesemblejCec6battant àcoupsdepoing. Vign. Cestui-
cyenlasecondeOlympiaderetournanc combattre, requic cetHeroè' de le
vouloir fauoriser àia vidoire, &C il luy ordonna d’en aller supplier Acheloe,
president des sacrez combats. Phen. Et à quoy est bon cet Enigme ? Vign.
Ie le vous diray, on combattoit en Olympie contre vn Ermeias Egyptien à
qui obtiendroit la couronnedelavidtoire, &commelapIuspart letrouuas-
sent tous harasiez &C recreus, fvnde naureures, Fautre de soif,car c estoitsur
le haut du iourque cetaffairese demessoit à rescrimede coups de poing,
voila de gros nuages de pluyes se desbander dedans les lisses,si que Plutarque
tranlsi de soif eut le loisir de boire de leau qinl auoic apportée dans vn baril
Et ramenteuant là desius en soy-mesme ce qu xl auoit peu oiiyr de TOracle,
comme il le declara puis apres3il senalla ainsi refraichy quil estoit dvne
grâde impetuosité &C furie ruer sur son aduersaire,dont il emporta la vi&oi-
re. Mais peut-estre que vous eusiiez admiré cet Eudemon Egyptien pour sa
magnanimité &constance, sivous Feussiez rencontré combattantjequel
demanda à ce nostreHeroë, comme il neseroit point surmonté. Et il luy fit
respost, s’ilnefaisoit casdelamort. Phen. DefaidHlobeït àcet Oracle, car
il se comporte de sorte qu a plusieurs il semble estre de diamat, tant il est fer-
ûie &resistat,voirediuin. Vign. MaisElix sathletenestpoincencore arri-
ué àceTemple, tropbien y a-il enuoyé quelques-vnsde sès compagnons
pour sçauoir combien de fois il pour roit vaincre en TOlympie, &C cest ui- cy
luy respondit : Deux tu vaincras, pourueuque tu n’aspire à la troisiesine.
Phen. Voila vn Dieu,certes,maisdices-moy comment celapafîaenl Olym-
pie,sice iVestquapresauoirobtenula premiereviftoire, pourcequestant
desia homme fait il en auoitacquisvne sur lesenfans, il sedesista en ceste
"^-OlympiadedelaLudle, Ô£dusurplusdu pancratxime, à X'aison dequoy les
Eléens s estans indignez contre luy, Prothesilaus Iuy auoit fort bien coseillé
^ de se retenir à ses deux vidoires, preuoyant bien quelesautres tascheroient
. deluy susciter quelquecrimedesOiympiques, &C à peineencore rhonore-
rent-ils du pancratisme : afin doncques de luy faire euiter ceste enuie, Pro-
thesilauslenadmonesta, carilconsideroitquon levoudroit apparieràdes
esseus antagonistes &C concurrens. Vign. Vous fauez, certes,forc bien deui-
né entat que touché cet Oracle. Phen. Et au regard des maladies n’en gue-
rist-il pas quelques-vnes ? car vous dittes qu’il y a beaucoup de ges qui vien-
nent icy faireleurs vœux &prieres. Vign. Tousceuxqui y arriuent,qui-
conques ils soient, il les guerist, mesmemèt les Phthisiques, & hy dropiques,
&lesmaladiesdes yeux, &ceuxquisont trauaillezde la fiéurequarte:vn
amoureux pareillement peut tirerbeaucoup daide&secours de sts sages
aduertiisemens, carilsecompalsionne fort de voirleursafflicftions nesucce-
der pascomme ilsvoudroient bien, ains estre frustrezde leursdesirs, leur
fournissant de chansons, &autres tels artificespour s’insinuer en labonne
gracedecequilsaiment. Maissur toutilne veutauoiraucune accointance
auec les adulteres&puttierslubriques, ny ne leurimpartit riendont ils se

puisTenc
loading ...