Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 720
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0744
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
720

PROTHES ILAVS.

£t a coHps de bec les combatîent
Bssans sussendues en l’air,

Mais les Grecs alloient en filence
Ressirant an sonds de leurs ccenrs
J/ rne prompte ardeur de bien saire,

£t sentraider fans sonner mot.

X/autre estauquatriesme ensuiuant: ccç tvt t-marimpa/ Jkvctcov muvt* <pd?\&fyç,&Cr
Ainfi l es bataillons des Grecs
Bien serre^ s’ejbr&nloient grand errey
^yiüans attacpier le combat^

Vn cbacun fotts son capitaine,

Sans sonner mot: 'vous neussie^~pas
Dit (jtt'Vn fi grand nombre de peuple
Euflent rien eu de njoix en eux,

Tant ils ressesloient en silence
Leurs conàu£lturs. Àdau les TroyenS^
x^Ainsi quc milie brebiailles
De quelque ricbe laboureur9
Beflent dedans leurs bergeries
Quand on les traiély qyans la'voix
De leurs agneaux qui les appellent9
jDe mefme des Troyens les cris
S*esleuoient parmy leurs batailles*

MaisicsRomainsquiestoient trop meilleurs guerricrsque lesGrccs, rsestoient pasdeceste
opmion,ains toute contraire: car Plutarque en la viedu grandCaton,metquil souloitdire,
qu’on deuoit tousiours aller choquer sonaduersaire d’vne grande impecuosité 8c furie, &■ pour
cet effed s’esbranler de quelque distace3 auecques vne voixaspre 8cesfroyable, accompagnée
de cris&rmenacesiesplushorriblesqu’il se peut: car cela l’espouuente bien plus souuent que
les coups mesmes quon luy tire. Ciceron pareillement en ses Philippiques : Ie seray comme les ,
cbess d’armée ont accousiumécle saire csians (ur lepoïnct de cboquer en vne batatlle, la oit nonobsiant quils
Tjoyent leurs Jôldats sortprompts & bïen dtjpofez, a mener les mains,pour les animer neantmoins dauantage,
ils tasihentde les encourageren les efcriant. Et Cesar tout apertement au troisiesme des guerres ci-
uiies, reprouuant ceque Pompée en la bataille de Pharsaiie auoitàla persuasion deTriarius
ordonné aux siensdene faire fors soustenir la charge&le premier chocde leurs aduersaires
sans se remuer de leur place, afin que ceste impetuosité 8c furie s’estant rebouchée, leur ba-
tailionse relaschast, &eux serrez en ordonnance , les allassent charger quand iis seroienc
comme hors d’haleine, 8c tous recreus de lastetéauancque de veniraux mains, ii adiouste :
Celamefimble auoir efie fait de Pompée auecques fort peu d’apparence, pourautant quily a iene ficay quellc
incitationdë courageô* gaiilarde'viuacité naturellement née & emprainte en nom, quipar rvne ardeurde
cornbattre njient d’abondant a /allumer, ce qtie les ckcss ne doiuempoinî rarnollirny refraindre, ains pluftoft
la leurexciter& accroistre. Et n’a point cfiéanciennement ïnftïtué en vain, que fiurle poinBde donner de-
dans, les trompettes, phisfres & tabourins fe parforcasfint à l’enuy densionnerdetoutes parts, &que tom en
general leuajsènt vn haut cry & clameur militaire, desqüelles chofes ils ont eftimê que les cnnemis se deujfint
.eJlouuenter^&UhardieJfe croiftrealeursgens> ce que touche austi Virgileau 6. de rEneide;

Mifimtm ^Eohden, quo nonprxstantior alter,
slere ciere vïros, Martémque accendere cantu.

Hecloris hic magni snerat comes, Hecsorea circum
Et lituo pugnus insignis obibat, & hafta,

A cecy se conforme encores Onosander au vingt-sixiesme chapitre de son iiure de Voffice 8c
deuoird :vnbon capiraine, que nousauens puis n’agueres tourné du Grec : Ayex> fioinentre au-
trcs chosesque vos foldats aycnt touftonrs leurs armes claires & reluifantes, bien sourbies & efcurées, parce
qne cefie ncttete&stlendcurferaparosire vos troupesplus terrihles & ejfroyablcs, & rnettra en eftonnement
&perturbation le courage dcvos aduersaires. En apres vous les menerez, à la charge auecquesde hauts cris
& exclamations. Parfois aujü laschi z,-les7& faiiicspartird'vnegrande impetuojité& roideur, pour choquer
dvnplus vïsejfort> car telles chofis en apparence, les cris, àficauoir^ & resonnemem, lc bruit des armes, te sin

des
loading ...