Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 785
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0811
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
AIAX TELAMONIEN. 7g5

Hercules il n y en auoit point eu encore de semblables. Etdisoient qu’Aiax
auoit esté le nourriston d Herculc, parce qu’estant tout petit garçonnct en-
corc, il l’auroitenueloppé danssapeau de Iyon, lorsque l’esseuant entre ses
deuxmainsilfît requesteàlupiter, de luy odlroyer quî! pcust estre inuinci-
blepar toutoù fauroit couuertcesteddpouilleleonine. Et comme ilfaisoit
cestepriere, vnc aigleseroit suruenueparl’air,appoitantde lapartdclupi-
ter lenomque deuoit aüoir cet enfant, auec l’exaucement de làpriere: &C
de faid il estoit astez manifcste àquiconque l’eust regardé attentiuement,
qu’il n auoit pas esté produit sans quelque diuinité assistante, tant pour rai-
sonde labeautéde son yisage que de la forcede ses membres3 de sorte que
Prothesilaus lappelloit vnvray modelledelaguerre. Etcommeieluyeusse
ditvnefois:ceneantmoinscesigrand-làabien succombé à Vlysse en tou-
tes les contentions & disputes : S’il y auoit des Cyclopes, va-il respondre, SC
cequonena feintfustvray,Vlysseeutplustostchoiside combattre contre
Polypheme, que de s attaquer à Aiax. Mais oyez encore ce qull dit de ce
preuxHeroë: Qujl entretenoit sa perruque pour ladedier à Ilysse sieuue Cy-iemvt à»
delacontréed 3Attique: &Cqueles Athenienslaimerentfort,letenanspour insJ
leur Capitaine ceuxqui vindrent au siegedeTroye* si qu’ils faisoient tout
cequ’il disoit, comme celuy qui habitoitàSalamine vne villequeles Athe- deDemeron•
niens auoient fondée. Au demeurant qu'il eutvn filsque les Grecs appel-
loient Eurysates:& lenourrist d autres viandes quecelles qu vsentles Athe-
niens. Que les ensans d Athenes estans aornez de chappeaux de sseurs au
mois de May, le troisiesme an de leur aage, il y establit les couppes pour faire
îes Jibations, auecdes sacrifices à la mode Athenienne : car il ledisoit auoir
eusouuenancedesDionysiennesàrexempledeTheseus. Ce quontient au
surplus de sa mort, & comme il se tua soy-mesme, Prothesilaus dit qu’il est BMham.
vray, maismiserableparauenturepourVlysse, quHomereintroduit disant
cecy és Enfers. O qua la mienne volonteje neujsepoint obtenu la <vittoire en
cejre contention £5* difbute 1 car <vn tel chefpour raifon de ces armeures eft
couuertdê terre. NeantmoinsProthesilaus maintientque iamais Vlysse ne
proferaés Enfersde telles paroles,parcequ il ny descenditpasen vie, mais
enquelquesortequecesoitquii l’auroitditailleurs, estant à croirequ'il en
etit regretensoncœur,&detestacestevidloirepourlacommiserationdvn
tel personnage, mort ainsi pauurement pour ces armes disgraciées. Prothe-
silausaureste approuuant ce propos d’Homere, loüe dauantage encore le nntdHm-
v ers où il met que ce furent lcs enfans des T roy ens qui deciderent ceste cau-
se: caril veut dextrementdestourner de dessus lesGrecs ce iugement ainsi
inique, pour Pattribuer à des gensquil est assez apparent auoirdeu con-
damner Aiax, pourcequelahaine estcommunémentalliée aueclacrainte:

I i i r 1 11 t 1 ta°l' eat*

&quand il eut perdu le sens lesTroyens le redouterent plus quedeüant,
ayanspetirquecestefureurne lepoussast à aller enuahirleurs murailles,6c
les mettre bas : tellement qu 5ils requirent NeptuneScA pollon qusils auoient
sàlariez autres* fois pour les bastir, que si Aiax les vouloit destruire ils Tea
empelchassent, s’il ingeroit de s adresser àleursbouleuards. Làoules Grecs

ne laisserent pas pour sa rage & forcenerie de raimer tousiours, &le plain-

V Vu iij
loading ...