Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 875
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0899
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
DË CVPIDON. S7S

veu'é d’œil, Et encorequ’il soit prinédes facultezde mouuement, neant-
moins ii se monstre tout prestde sesbranler toûtde cepas, planté au reste
dcssus vnferme picdestal, il regardc en haut côme sil auoit l’administration
du cours des astres, ÔC des Cieux, ÔC sesgaye à rire, ses yeux estincelans ie nè
sçay quoy d argêt ôC benin tout ensemble. Car vous pouuez voir comme le
bronze obeït à les asfedions, &C reçoit en soy fort nâïfuement vne apparois-
sance de rire. Le voila doncques esieué en haut, le bras droiét ployé quelqud
peu, 5c de l’autrc main il haussê son arc, sè penchant sur le costé gauche pour
seruir dc contrepoids à la base ; car le recourbement du ftanc senestre est re-
tiré hors de sa naturelle assicttc par la facilité du cuiure, quidur&solidc dé
soy, se laisse neantmoins reployer ainst: sa perruque d’ailleurs crespeluë &C
bien testonnée luy ombrage le chef reluisant de certaine sseur de ieunesse, si
que tottt le bronze se rend admirabk, car à le voir il y a ie ne sçay quelle rou-
geur esclattantequi sesleuc du boutdu poil, &en passant la main dessus, il
semblese drcsser encontte,commc sil chatoüilloit vostrc sentiment. A moy
quand i’en co tem ple fartifice, il me vient en opinion que l’ouurier l’a façcn-
né à guised'vnedansequi seremuë, &c quela couleur obtempereauxsenti-
mens, puis que Praxitele en vne representation de l’Amour, a presque in-
troduitvne forme de cognoiisance, &c donnémoycn à sesaisles de fcndre
l’air, par où il se met en deuoir de passcr»

AN N O TATI ON,

Ôvs âuônscy-deimnt traiiEléenîadescnpnonduSatyrCjsurleprcposque ceste
statuë estoitde marbre3ce qui pouuoit concerner l’artde lasculpture3tant sur leâ
pierres quesur lc boïs,&:semblablcs eltosses qui se taillent auec le cizeau & mar-
teau 2 icy puis qu’il esl question desfigüres qui se iettétde fonte, il n’y aura point
de mal, tout de mesme d’en tôuclier aulïi quelque chose, Pausanias és Arcadi-
ques, metqueles premiers qui fonderet des images de bronzefurent vn Ræcusfils de Phiæusj
& Theodore fils de Telecles Samien, caf anparauanc ils ne les faisoient que de la mil goffemec
&mal asiemblées. C’eft cc Theodorequi graua resmeraudedôntPolycratesTyran de Samos
se plaisoit tant. II v a au reste plus de coniiderations au metal, qu’au marbrejainsi que de leurs
chemises de cire5leurs tuniques& couuerturcs d’estain, la terre doiit il faut faire les modcllcs
& moyeuXjIc piastrc pour les creux & formesftes armeures de bandcs Ôc eerclcs defcr pour les
rerenir , & îesfoufneaux où se doiuent cuireles rtioyeux, & lesformes ereuses : &finalemenc
fondrelemetalpourlesietter. Quantàlaterre, on prendnomde l’argillegrasie & vnie c5me
èst celle dont on fait les pots, qu’on tire en plusieurs endroics icy autour de Paris, à Gentilly
principalementjCarelle est tropsujefte à se creuaster &estendre, ains.d’vne autre qui est aucu-
nemet sablonneuse,dont l’vne des plus excelletes qu’on sçauroit gueres trouuer nulle part est
celie du fauxbourg S.Honosé, qu’on prend pourfaire les rôurs des boulàngiers& patistïers:&:
en l’Arcenal austipoür rartillene,&dc mcsme pourfondre les cloches: si l’ôii ü’auoitque de
l’argille, il la faudroit ramoderer auec des cendres,& du sablon d’Estampes, ou autre seiubla-
ble delié & viiy comme farine. Ceste terre bien destechée,on la broye nienu & paste par vn saz
outamis, pourenseparerles pierres, &autres orduresestranges &inégales. Celafait, on y
mestela moitie d’autantdebourre detôndeursdedraps, baignant letout auecde l’eau, &les
incosporant bien ensemblc, àforcede îes battre auec vne verge de fer: Puislesfaut laistcr
counoyer & confire par sespace de trois ou quatre mois, tant que ia bourre soit bien corrom-
pue & destrempée auec la terre, & le tout reduit à maniere d’onguenc mol&tendse : car ce
courroyement si long. rend la composition plus propre àreceüoir & soüffrir Fardeur du metal
sansqu’elle s’altere ny fende. Èt aucc ceste terre ainsi accoustrée vousformerez premieremec
vostre figure en la perfe&ion & estat qu’elle doit demeurer, puis lacuirez toüt doucemét à feu
lenc, commeàdcmy, où eliesererirera quèlque peu, ainsi qu’à l’cspoisteur d’vndoigt, plus ou
moins : àc pourtanc vous la retoücherez de nouueau auec làmesme terre és endroics où il eon-
loading ...