Annales typographiques pour l'Allemagne — 2.1761 [VD18 90309960]

Seite: 219
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ata1761a/0223
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
TYPOGRAPHI QU E S. 219
Dans ces tems du nennt oii regnoit Ic ßleuce,
Avant que F Univers fut tire de lew fein,
LJEternel exißoit par fa tonte puijjance
Et daris la prosondetir de fou vafie dejfein
L’avenir feus un point s’ojfroit en fa prefence.
Sa volonte forma tous les Etres divers,
Et, dans les tems marques par fa divine cssencc,
■ Elle crea cet Univers.
11 dit, Bs tont futfait - - - Fxlflre du jour savahee,
De feil nouvel eclat il embellit les Cieux
La diligente Aurore le devance,
Et fuit bientöt hin de nos yeux.
II nous quitte ä sou tour-dejä les Voiles fembres
Annoncent la tranquille nuit;
Un nouvel Aflre nous conduit,
Et sa douce clarte nous fait chirir les ombres.
De feux etincelans les Cieux feilt decores - - -
Mais FAurore va reparoitre ;
■ Soudain les Cöteaux fern dores,
La Nature femble renaitre :
Des traits du plus beau jour les champs feilt colorcs.
L’Ocean renferme dans de jufies liuntes,
Nofe sür le rivage etendre fa fureur ;
Les Ventsfeilt euchavuis, leur courfes feilt preserites.
DAir exbale wie douce odeur;
. La Terre enfante la verdure,
Et retient dans fen fein ce germe producteur,
Qjii par les loix de Feternel Aut cur
S’accroit, fe develope, B* pare la Nature.
Les Animaux parcourent les Forets ;
Es volent dans les airs, Hs nagent dans. les ond.es :■
Ils rempeiit für les bords des humides marais,
Et portent avec eux des femences fecondes
loading ...