Annales typographiques pour l'Allemagne — 2.1761 [VD18 90309960]

Seite: 470
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ata1761a/0474
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
470

A N N'A LES

chef-d’ceuvres qu’elle enfanta dans tous les gen*
res, ea firens un objet d’etude & d’adiniration
pour toutes les Natipns qui pensent
Mais si vos otivrages ont enrichi le Monde
litteraire d’uue infinite de treibis, vous ifavcz
pas cru qu’il sallüt dedaigner ceux que nos voi*
sins pouvoient nous fournir,
Une Tradu6lion eq beaux vers de dcux Poe*
pies de Pope, YEjfaifurla Critique & YEjJai für
IHomme, merita ä M. l’Abbe du Resnel, ä qui
j’ai l’honneur de succeder, celui d’etre admis
parmi vous. Une pareille Traduclion deman-
doit beaucoup de talcnt, sans doute. Pour saire
passer d’une Langue dans une autre les beautes
d’un Ouvrage de genie, il ne susfit pas de pos-
seder les deux Lqngqes; il faut que le Traduc-
teur soit homme de genie lui- meine. Pour bien
traduire un Poete, il faut etre PoCte, sinon
pour sinventipn, du moins pour le coloris; il
faut rendre une expresson pittoresque dans une
Langue, par une cxpression pittoresque dans
l’ausre trouver des equivaleqs, etre createur,
du moins dans les details ; enfin donqer ä la cq-
pie Tarne & la couleur de Toriginal,
Au merite de sa Traduktion, M. l’Abbe du
Resnel joignoit celui dTtre un des premiers qui
nous eulsent fait connoitre la Litterature An-
gloise : je dis un des premiers, car nous avions
la Traduclion du Paradis perdu ; Traduclion
pleine de force, de chaleur & de vie, ois, librc
de Tesclsvage du vers, Mil ton tout entier respi-
dr>"‘ sc.
loading ...