Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 115
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0135
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Ânt. Mœürs, Cout. et Usages. 115

cnsuire parce qu’ii 7 en a peu qui répondent à la
rnedire du piecî, i’usage étant de se semr de mo-
duies pour ies tracer,

II faut pourtant excepter ies futs de coionne qui
sont d’un seui bioc de marbre , parce que la né~
cessité de les faire tous de la mêiiie longueur , a
dû ies iorcer à être exadls 5 & comme on ies tra»
Tailioit à la carrière même pour sauver les frais
de transport, 011 les raisoit d’un nombre de palmes
sans fraclions , comme nous ie verrons dans la
suite,

Dans cette recherchë, je suppose que ie piëd de
Paris de Desgodets contient ioé'5,4 parties, sern-
biabies à celles dont le pied de Londres en con-»
tient iogg j puisquii résuite de ia comparaison dê
sa mesure de i’ouverture de ia porte du Pantheon
avec celle de Greaves, que. si le pied de LondreS
de ceiui-ci n’étoit pas de pius de deux parties
sur milie plus court que ceiui de Graham. le pied
de Paris de Defgodets n’étoic que de 7-— parties
du pied de Londres pius court que le pied ae
Paris , qui est eonsèrvé dans le cabinet de ia so-
ciété royale. Cette difFéréncô, si eile existe, ne va
pas à la 277 e partie d’un poiice, ce qui est beau-
coup pius exacft due nous ne devons espérer de
sêtre dans ia mesure du pied romain, décluite de
tous les monumens exist.ms de Pantiquité.

U t

Ann. î 75»»
Tome $ï.

Mesure dd
pied resJiiiS»-
loading ...