Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 227
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0247
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
M 17 S I Q U E. 227

valles & en nombre égal, pouvo.it encore clifFérer
•quant à l’orare de leur successîon. lis appeioient
siJ'cg 3 espèce , ou dntn/xa, figiire, les variations de
cnaque systême. II y avoit trois espèces de quartes
dïatejfaron, quatre de septièmes diapente, &
sept de l’ociave diapafon , ce qui sait en tout le
nombre des espèces des deux autres consonances,
dont l’ociave étoit composée. Ici se termine la
doctrine des tspèces : car dans les trois grands sys-
temes consonans, ii ne paroît pas qu’ils aientcon-
sidéré ies espèces de toute grandeur , mais seule-
ment ceiies des trois systêmes les pius petits dont
eiies étoient composées, & que Ptoiémée appelie
ies premières ccnsonances. Comme ies espèces de
la quarte 8c de ia septième ne concernent pas im-
médiatement cette doclrine, ii est inutile d’en don-
ner sexpiication , & je vais passer à ceiles du dia-
pason ou de soâave.

Tous ies ancieus écrivains sont d’accord sur ce
pomt,& conviennent qu’ii y en avoit sept, sa-
v-oir, la mixolydienne , ia lydienne , la phrygien-
ne, ia donenne, rhypoiydienne , l’hypophrygienne
Sc i’hypodorienne 5 cet accord unanime des an-
ciens ne laiise auçnn doute sur leur connexion
avec les modes. Ta siiccession des intervail-es ou
Is manière de diviser l'odave pour chaque cspèce ,
"a 'été différemmeht expliquée par les anciens écri-
vains, mais îe résilltat de ces exDÜcations est 1s

P z-

Ann. i-5oj

Vol, 51.

Modes &:
tons de i’an-
cienr-e îmifr
que.
loading ...