Royal Society <London> [Hrsg.]
Abrégé des transactions philosophiques de la Société Royale de Londres — 11/​12, Tome second.1790 [Cicognara Nr. 2475B]

Seite: 298
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/atpsrl11_12/0318
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
»■»*' slH—lll!

/an. 1760.
1V0I. 51.

Modes &
*o-ns de l’an-
cienne musi-
tguè.

ÂBRÉGé DÊS TrAMSACT. PMlLOl
sujet, est i’auteur anonyme de la lettre à M. Àyi-
son, sur la musique des anciens , & publié en
1753, avec l’esïai de ce dernier sur l’expression
musicale. Cet auteur, qui prétend n’avoir qu’une
connoissance imparfaite de ia théorie de la musi-
que ancienne ou moderne , en annonce plus dans
quelques pages que sa modestie ne iui permet d’en
avouer j mais pour ce qui concerne les tons (telle
est ia fatalité attachée à cette docftrine ), il n’a
pas rénssi mieux que les autres. II condamne Sa~
nadon èc Ducerceau, pour ayancer dans leurs ob--
i’ervations sur Horace , carm. 5 , $ , que le mode
dorien répondoit exadement à notre A-mi-la, avec
une troisième mineure, & le phrygien à notre
A-mi-la avec une troisième majeure. J’ai sait voir
dans mon diagramme , que quoique ces critiques
François eussent raison, en considérant les modes
comme des différentes espèces de diapason, iis ie
sont trompés quant à leur application.

Si j’ai pu fixer l’opinion sur cette matière , ceîa
pourra engager ies savans à faire sur la musique
des anciens de nouvelies recherches, qui devien-
droient d’autant plus avantageuses, qu’eîles pour-
roient servir à nous faire appercevoir les beautés
des poëtes anciens , sur-tout dans leurs ouvrages
lyriques & dramatiques , que nous ne concevons
pas encore, faute de sentir leur connection aveç.
cet-te sciçnce.
loading ...