Barthélemy, Jean Jacques
Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (Band 1) — Paris: Ledoux, 1824

Page: XLIX
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1824bd1/0063
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE J. J. BAKTHELEMY. xlix
obligés pendant la nuit d’avoir la tête en bas? Le
prélat répondait longuement et savamment à
toutes ces questions, sauvait l’honneur des livres
saints, exposait les lois de la gravitation, s’élevait
contre l’imposture de nos sens, et finissait par con-
seiller aux moines de ne pas troubler les cendres
de Copernic, depuis si long-temps refroidies, et
de dormir aussi tranquillement qu’ils l’avaient fait
jusqu’alors.
Sa réponse finie , il me réitéra ses excuses ; et
je lui dis qu’étant envoyé en Italie par le roi de
France pour la recherche des médailles qui man-
quaient à son cabinet, dont j’avais la garde, j’ajou-
tais à ce devoir celui d’y connaître les savans les
plus distingués. Il ôta son bonnet, redoubla de
politesses, toussa long-temps, et me demanda la
permission de me présenter la signora Maria Laura,
son ancienne amie , dont les vertus égalaient les
lumières et les talens, qui savait le latin, le grec et
l’hébreu, qui dessinait et peignait comme Apelles,
jouait de la lyre comme Orphée , et brodait aussi
bien que les filles de Minée. L’éloge durait encore
quand la signora Maria Laura parut ; elle pouvait
avoir de soixante à soixante-cinq ans ; lui, de
soixante-cinq à soixante-dix.
Dans le courant de la conversation , il m’assura
qu’il descendait du chevalier Bayard , et qu’il était
Français non-seulement de naissance , mais encore
d
loading ...