Barthélemy, Jean Jacques
Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (Band 1) — Paris: Ledoux, 1824

Page: 305
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1824bd1/0439
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE LA GRÈCE, PART. II, SECT. III. 3o5
cibiades 1 ; on doit ajouter qu’Athènes en eut un
de trop. Ce fut lui qui fit résoudre la guerre
contre la Sicile.
Depuis quelque temps les Athéniens méditaient
la conquête de cette île riche et puissante. Leur
ambition, réprimée par Périclès, fut puissam-
ment secondée par Alcibiade. Toutes les nuits
des songes flatteurs retraçaient à son esprit la
gloire immense dont il allait se couronner : la
Sicile ne devait être que le théâtre de ses pre-
miers exploits : il s’emparait de l’Afrique, de l’Ita-
lie, du Péloponèse. Tous les jours il entretenait
de ses grands desseins cette jeunesse bouillante
qui s’attachait à ses pas, et dont il gouvernait
les volontés 2.
Sur ces entrefaites, la ville d’Égeste en Sicile,
qui se disait opprimée par ceux de Sélinonte et
de Syracuse, implora l’assistance des Athéniens,
dont elle était alliée ; elle offrait de les indemniser
de leurs frais , et leur représentait que, s’ils n’ar-
rêtaient les progrès des Syracusains, ce peuple
ne tarderait pas à joindre ses troupes à celles des
Lacédémoniens. La république envoya des dé-
putés en Sicile : ils firent à leur retour un rap-
port infidèle de l’état des choses. L’expédition fut
résolue, et l’on nomma pour généraux Alcibiade,
Nicias et Lamachus. On se flattait tellement du
1 Ai’chest. ap. Plut, in Alcib. p. 199. — 2 Plut. ibid.

I.

9.0
loading ...