Institut Egyptien <al-Qāhira> [Editor]
Bulletin de l'Institut Egyptien — 3.Ser. 4.1893(1894)

Page: 189
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bie1893/0201
License: Free access  - all rights reserved Use / Order

0.5
1 cm
facsimile
Annexe N° 2 à la séance du 5 Avril 1893.

LES NOMS DE M E M P H I S

et

LE MOT PYRAMIDE

PAR

M. F. Ventre Bey.

Les noms principaux, symboliques ou sacrés, de Memphis,
étaient : Makha-ta-oui « la Balance », ou point de partage des
deux contrées ou terres du midi et du nord » ; Kliou-ta-oui «l'illu-
mination des deux contrées»; Aneb, Anebou « la ville des mu-
railles » ; Pa-Ptah ou Ha-Ptah « la demeure de Ptah » ; et
Ha-Ka-Ptah, qui signifie littéralement « demeure du double de
Ptah, dont on aurait, suivant M. Brugsh, fait Hakouptah, Aigup-
tos « Egypte », Ghoubti « Copte ». C'était la capitale du nome
ancien : Anb-hclj, «enceinte, muraille blanche » ou Sbt-hdj, «mur
blanc», ce nom se rapportant à la célèbre citadelle de Memphis qui
était une des places les plus fortes de l'Egypte.

Mais je n'ai pas à faire ici un historique ou monographie de cette
vil'e.

Il est bon, cependant, de rappeler que le nom du prétendu fonda-
teur de la monarchie égyptienne, et aussi de Memphis, est, sans
vous apprendre quelque chose de bien nouveau, Menés.

Mais si les découvertes modernes semblent confirmer la première
de ces traditions, si l'on a trouvé des cartouches au nom de Mena,
Meneï, Meni ou Mini et Me/i, à la tète de ceux des rois histori-
que?, si l'on a découvert quelques traces d'un culte commémoratif
qui lui aurait été rendu à Memphis, on ne connaît, pas plus à Mem-
phis qu'ailleurs, aucun monument contemporain de ce roi1; les

Voir Pierret, Dicl. d'archéologie égyptienne, article « Menés ».
Bultetin de l'Institut Egyptien, fasc. s.

13
loading ...