Blouet, Abel [Hrsg.]; Ravoisié, Amable [Hrsg.]
Expedition scientifique de Morée: ordonnée par le Gouvernement Français ; Architecture, Sculptures, Inscriptions et Vues du Péloponèse, des Cyclades et de l'Attique (Band 2) — Paris, 1833

Seite: 161
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/blouet1833/0247
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
( >6i )

ROUTE DE NAUPLIE A EPIDAURE'.

Quand on a quitté Nauplie et passé au pied du mont sur lequel est bâti le fort Palamède, en laissant
à gauche la route d'Argos, c'est vers le nord-nord-est que l'on prend celle qui mène à Épidaure. Ce
chemin traverse d'abord quelques villages ou hameaux, dans un pays assez riant, quoique entouré
de montagnes où l'on ne remarque aucun arbre. A quelque distance, sur la gauche, est une acropole
de construction cyclopéenne; près de là on rencontre des débris de la même architecture, auxquels
les géographes ne donnent pas de nom, non plus qu'à d'autres qui se trouvent plus loin. Le
village de Ligourio, où on arrive après avoir passé quelques petits torrents ou ravins boisés, est
entouré de terrains cultivés, et possède une église du moyen âge assez curieuse. Vis-à-vis du village,
à gauche de la route et à la base du mont Arachné, sont les restes d'une pyramide de construction
cyclopéenne [yoy. pi. 76), semblable à une autre que nous avions vue sur la route de Tégée à
Argos, et dont nous avons donné le dessin {voy. pi. 55).

Lorsqu'on a dépassé Ligourio, le chemin qui mène à Epidaure continue dans la même direc-
tion, entre le haut et aride mont Arachné qu'on laisse à gauche et des collines arrondies qui sont
à droite, lesquelles environnent la plaine d'Hiéro, où se retrouvent les ruines du temple d'Esculape
et le bois sacré.

La partie de la route que l'on parcourt après avoir laissé à droite le chemin conduisant à Hiéro,
est plus riche de végétation que celle qui précède : les ravins boisés et les torrents qui s'y rencontrent
lui donnent un aspect pittoresque dont l'effet n'est nullement diminué, même par les terrains maré-
cageux, mais très-cultivés, qui entourent le promontoire où se voient les restes de l'antique Épidaure*.

EPIDAURE.

Epidaurus, qui donna son nom à ce pays, était fils de Pelops ; et, suivant d'autres, il avait pour père
Argus, fils de Jupiter. Le pays était consacré à Esculape, parce que c'est là, dit-on, qu'il reçut le
jour *.

Quant à la ville d'Épidaure elle-même, voici ce qu'elle offrait de plus remarquable : d'abord une en-
ceinte consacrée à Esculape, avec sa statue et celle d'Épioné son épouse, à ce qu'on dit ; toutes deux en
marbre de Paros. Il y avait dans la ville un temple de Racchus, un bois consacré à Diane, où celte
déesse était représentée en chasseresse; puis un temple de Vénus, et, sur le haut d'un promontoire
avancé dans la mer, un autre temple que les gens du pays donnaient pour être dédié à Junon.

1 Si l'on se rappelle que nous avons dit précédemment, qu'après avoir quitté Nauplie nous visitâmes les Cyclades, on sera peut-être
étonné que nous intervertissions ici l'ordre de notre voyage. Mais, après avoir parlé de Nauplie, nous avons pensé qu'il valait mieux
mettre sous les yeux du lecteur l'ensemble de nos travaux sur l'Argolide, bien que nous n'ayons recueilli le complément de nos matériaux
qu'à notre retour des îles.

* DISTANCE DE MAUPLIE A ÉPIDAURE.

Eh sortant de Nauplie, à 10 minutes, on laisse à gauche la route d'Argos. A 28 m-, une belle fontaine; à droite Aria, village. A
17 m., une citerne et une chapelle; on laisse à droite la route de Didymi. A i5 m., on aperçoit à gauche, à une demi-heure environ,
une acropole de construction cyclopéenne. A 3o m., traces de constructions. A i5 m., restes d'une tour cyclopéenne. A 5 m., une
fontaine à droite, et à peu de distance au delà, d'autres restes de constructions cyclopéennes. A a5 m., on voit à droite Soulounari,
Perivolia, où est une chapelle, et au-dessus un château fort. Lit d'un torrent. A 8 m., tour hellénique. A 78 m., le ht d'un
ruisseau; on voit à gauche, à vingt minutes, une acropole de construction cyclopéenne brute, derrière une haute montagne.
A 4o m., muraille cyclopéenne. A 5o m., à gauche, tout près de la route et au pied du mont Arachné, la base d'une pyramide
cyclopéenne; vis-à-vis est le village de Ligourio. A 60 m., Paleo-Ligourio, hameau en ruine. A a4 m., on traverse un torrent;
à droite est le chemin qui conduit en soixante minutes aux ruines d'Hiéro. A 9 m., rocher remarquable et ravin très-pittoresque.
A 4i m., moulin et source sous des platanes. A 16 m., moulin, ruisseau et aqueduc moderne. A 28 m., village dans le port
d'Epidaure.

Distance totale, 8 heures 19 minutes.

* Pausanias.
loading ...