Bulletin du Musée National de Varsovie — 31.1990

Page: 55
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bmusvars1990/0065
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Images of the occupations of the months are very rare in Italian engraving of that period.
Professor J. Marrow has pointed out the occupations of the months with the signs of the Zodiac
-and frames including hours of the day and night in miniatures originating from the North in
the German codex Passauer Kalendarium of 1445, in the Landesbibliothek in Kassel12. He also
indicated the occurrence of the calendar tradition in the art of Luca della Robia in the terracot-
ta tondi surviving in the Victoria and Albert Museum13, though their character is different.

Against this background, the Warsaw copper engraving belongs to the more interesting calen-
dar representations.

Translated by Joanna Holzman

12. J. Pope-Hennessy, Catalogue of Italian Sculpture in the Victoria and Albert Museum, London, 1964, I, p. 108.

13. op cil., pp. 104—5.

Jadwiga Mieleszko

LE MAÎTRE PINZEL — LE REPRÉSENTANT LE PLUS ÉMINENT
DE ,.L’ÉCOLE DE SCULPTURE DE LVOV AU XYIIU SIÈCLE”

Le 27 avril 1990, dans l’Orangerie du Palais de Wilanów, on ouvrit l’exposition de la sculpture
sacrale du baroque tardif provenant de Lvov et de ses alentours; l’artiste présenté est connu
dans l’histoire de l’art sous le nom de Pinzel, sculpteur en bois1. Ces sculptures, dispersées et
abîmées, furent sauvées de l’oubli par les conservateurs de la Galerie de Peinture de Lvov et
exposées pour la première fois en 1987 dans le château à Olesko; un an plus tard, elles furent
présentées dans les salles de l’Académie des Beaux-Arts à Moscou. Le public de Prague put admi-
rer cette exposition en 1989.

Pinzel (Pinsel) — artiste inconnu de son prénom, vint en Pologne vers le milieu des années
quarante du XVIIIe siècle dans la cour de Mikołaj Potocki, starostę de Kaniów, à Buczacz et,
pendant plus de 20 ans, il resta à son service. Il y commença à collaborer avec Bernard Meretyn,
un architecte éminent (qui avait peut-être fait venir Pinzel en Pologne). Pinzel décorait les
édifices construits par l’architecte surtout grâce aux donations de Potocki2 * * * * * *.

1. Le choix de Wilanów n’est pas dû au hazard. Les relations du propriétaire de la résidence de Wilanów, le roi Jean III So-
bieski avec les terres de la Pologne d’Est étaient très proches: il naquit à Olesko et sa famille y possédait plusieurs résiden-
ces. Les relations artistiques de Wilanów avec Lvov et Żółkiew étaient aussi vives grâce à l’activité du roi — protecteur des
arts; il existait un échange régulier des oeuvres et des artistes entre ces centres. L’exposition des sculptures de Pinzel re-
noue avec les liens culturels traditionnels entre Lvov et Wilanów.

2. Mikołaj Potocki, de son vivant était déjà entouré de légende. Bon vivant et aventurier, il scandalisait toujours l’opinion

publique. Il était en même temps cultivé,un des plus grands mécènes sur les terres du sud-est delà Pologne d’autrefois et pro-

tecteur de nombreux ordres, ce qui était probablement une sorte d’expiation. Grâce à ses donations plusieurs édifices fu-

rent construits: l’hôtel de ville à Buczacz,l’église à Horodenka, les églises ortodoxes à Buczacz, Horodenka et Zloty Potok

et un immense ensemble du couvent ortodoxe à Poczajów. Les entreprises de Potocki étaient réalisées par B. Meretyn (et,

après sa mort, M. Urbanik) et Pinzel. Voir: Polski Słownik Biogragficsny (Dictionnaire Biographique Polonais), XXVIII/1,

116. Wrocław, 1984, pp. 113—115.

55
loading ...