Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1915-1917(1918)

Page: 171
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1915_1917/0179
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— I7I —

Cette lettre était adressée par le comte de Forbin,
directeur des Musées royaux, au duc de Doudeau-
ville, ministre de la Maison du roi. Elle est digne de
celui qui fut un administrateur aussi éclairé que zélé.

Dès 1819, Géricault avait demandé que l’État acquît
son tableau pour la somme de 10000 francs. Ayant
essuyé un refus, il alla en Angleterre, — il devait y
rester trois ans, — où il l’exposa sans vouloir le
vendre.

Après sa mort, le Radeau de la Méduse fut vendu
6oo5 francs. « Déjà des amateurs demandaient que le
tableau de M. Géricault fût coupé en quatre parties, ce
qui aurait fait monter la vente totale à 20000 francs. »
Dreux-Dorey, ami du peintre, mit une surenchère de
cinq francs dans l’espoir de faire acquérir ce chef-
d’œuvre par la Couronne.

L’année suivante, le comte de Forbin, soucieux de
combler les vides causés au Louvre par les reprises
des Alliés, acheta huit tableaux de Joseph Vernet
représentant des marines et des paysages. Faits pour
le marquis de Laborde, ils avaient été payés 12000 fr.
On les eut pour 3o 000, ce qui, à cette époque, repré-
sentait le quart de leur valeur.

G. Vauthier.
loading ...