Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1920

Page: 135
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1920/0157
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 13 5 —

cette tradition du métier qui fut si fréquente dans des
familles de l’ancienne France.

G. B.

Charles Lepeintre1 naquit à Paris, le 9 septembre 1735.

« L’an mil sept cent trente cinq, le dix septembre, fut
nommé Charles, né d’hier, fils de Robert Lepeintre et de
Marie Lavoisière, sa femme. Les témoins ont été Charles-
Joseph Bertrand et Marie-Antoinette Maupetit, veuve de
Nicolas Ferret, et ont signé, le père présent ». (Extrait du
registre des baptêmes de la paroisse Saint-Eustache.)

Charles Lepeintre épousa, le 29 octobre 1760, à Ver-
sailles, Marie-Elisabeth Lecerf; de ce mariage naquirent
deux enfants :

Mathias Lepeintre, né à Nanterre, le 23 février 1763,
mort le 18 décembre 1845, qui fut peintre de miniatures et
dont on connaît plusieurs oeuvres de valeur2;

Marie-Etiennette Lepeintre, née à Paris, rue Beau-
bourg, le ier janvier 1775, qui devint Mme Larivière en
l’an VI, ses parents habitant alors rue Mazârine.

On n’a pas retrouvé l’acte de décès de Charles Lepeintre.
Mme Lepeintre touchant pour la première fois une rente
viagère, comme veuve, en juin i8o3, l’on peut croire que
son mari mourut au début de cette même année i8o3, au
plus tard en 1802.

Œuvres de l’artiste. — Les mentions de tableaux
exécutés par l’artiste sont fournies par les livrets de
salons, ceux de l’Académie de Saint-Luc, puis des Salons

1. Henry Jouin a publié dans les Nouvelles archives de l’art
français, 1894, 3e série, t. X, p. 307-368, des actes d’état civil
sur un André Lepeintre, maître peintre, et les neuf enfants
qu’il eut de sa femme Anne Salé, entre 1656 et 1670, tous nés
sur la paroisse Saint-Sulpice. Cet André Lepeintre fut de la
Communauté de Saint-Luc (statuts de 1667); serait-ce un
ancêtre de Charles Lepeintre ?

2. A l’exposition des « Dessins de l’École moderne » ouverte
en février 1884, à l’École des Beaux-Arts à Paris, M. Albert
Maignan avait prêté deux petits portraits au crayon par l’ar-
tiste (n° 453 du Catalogue).
loading ...