Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1924

Page: 20
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1924/0028
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
20

Fragments de l’ancien hôtel d’O
DANS LA DÉCORATION DE LA SALLE DES CARIATIDES

au Louvre.

(Communication de M. Louis Dimier.)

En lisant la Description de Paris de Legrand et Lan-
don (2 vol. in-8°, Paris, 1818), j’ai trouvé, à l’article du
Louvre et de la description de la salle des Cariatides, t. I,
p. 292, le passage suivant :

« Ces sculptures (les cariatides) étaient extrêmement
dégradées à l’époque où l’oti a commencé la restauration
de la salle, et d’ailleurs il n’y avait de terminé que le ves-
tibule d’un côté et la tribune de l’autre. Le reste de la
décoration et particulièrement les grands arcs soutenus
par des colonnes placées entre les croisées ont été sculp-
tés avec le plus grand soin sur les dessins de MM. Per-
cier et Fontaine. Mais ces artistes modestes n’ont rien
voulu innover; ils ont fait imiter des sculptures de l’esca-
lier du vieux Louvre, décoré par Jean Goujon, et ont
complété la décoration en employant des couronnes de
fleurs et de fruits qui provenaient de l'église de Sainte-
Anastase, rue du Temple, et qui avaient été faites dans le
même temps. »

Ce fait avait été ignoré jusqu’ici. Courajod, dans l’ar-
ticle qu’il consacre à la cheminée de la salle (Alexandre
Lenoir, t. III, p. 17), où il a reconnu des figures du
temps, n’a pas parlé d’autres morceaux du xvie siècle qui
eussent servi à décorer le reste : ce qu’il n’aurait pas man-
qué de faire si le passage de Legrand ne lui avait échappé.
11 s’agit d’en voir les conséquences.

Qu’était-ce que Sainte-Anastase? Un hôpital situé non
pas rue du Temple, mais rue Vieille-du-Temple, dont je
suppose que l’église n’offrait que peu d’intérêt et n'était
pas fort ancienne, car les bâtiments ne servaient d’hôpi-
tal qu’en vertu d’une destination postérieure à la cons-
truction. On disait Sainte-Anastase au féminin, du nom
de la communauté religieuse augustine adonnée au soin
des malades qui l’acheta en i655, selon Piganiol de la
loading ...