Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1924

Page: 254
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1924/0280
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
bleau du Louvre on n’a peut-être autant de détails1; mais
le plus ancien Inventaire, celui de Paillet en 1695, se con-
tente de le désigner ainsi : les Musiciens du Roy concer-
tans2; les autres ne sont pas plus explicites.

Le fait que le morceau est.sur paroles italiennes, chose
assez rare en France au temps où Lully et la musique
française régnent exclusivement, le fait surtout que les
deux chanteurs de gauche, chantant le dessus, et n’étant
plus d’âge à être des pages de la musique, sont probable-
ment des castrats italiens de la chapelle royale, pourrait
faire orienter les recherches du côté du compositeur ro-
main Paolo Lorenzani, alors à la cour de France comme
maître de musique de la reine. 11 avait été ramené de Si-
cile par Vivonne en 1678 ; patronné par Mme de Montespan
et Mme de Thiange, sœurs de Vivonne, vanté souvent par
le Mercure, il tenta quelque temps de se poser en rival de
Lully et de défendre contre lui les droits de la musique
de son pays3. Quelques mois après son arrivée, il avait
été renvoyé en Italie par le roi, avec mission d’engager
des sopranistes pour la chapelle. Il revint à la fin de 167g,
ramenant cinq jeunes castrats, qui émargèrent longtemps
aux comptes de la musique. 11 serait, d’autre part, très
naturel que François Puget et son père, ces artistes pro-
vençaux, à demi italiens, aient fréquenté, lors de leur sé-
jour à Versailles, les'milieux italiens de la cour.

A propos d’un tableau mécanique
du Musée des Arts décoratifs.

(Communication de M. Édouard Gélis.)

C’est un lieu commun que de dire ici ce que nos mu-
sées doivent à la générosité de certains donateurs.

1. N° 761 du catalogue Brière. Confer Villot, n° 463; Archives
de l’Art français, t. I, p. 331 ; Engerand, Publication de l’In-
ventaire Bailly, p. 440.

2. Arch. nat., O1 1964, fol. 69 v\

3. Cf. Henry Prunières, Paolo Lorenzani à la cour de France.
Revue musicale du 1" août 1922.
loading ...