La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Seite: 133
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0143
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N° 17. - 1909. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e) 24 Avril.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.

Départements. 12 fr.

Le LTuméro

Étranger (Etats faisant partie de

l’Union postale)
O fr. 25

15 fr.

PROPOS DU JOUR

n vient cl’inaugurer au Caire les
nouveaux bâtiments de l’Institut
français d’archéologie. Cette céré-
monie qui, pour des raisons d’or-
dre diplomatique, s’est faite sans grande
pompe, a cependant coïncidé avec la réunion
du Congrès d'archéologues qui se tient en ce
moment en Egypte. Il était bien naturel que
nous choisissions l’époque où de nombreux
savants s’étaient assemblés au Caire pour
rappeler la part que notre pays a prise à
tous les travaux d’égyptologie,et pour affirmer
celle qu’il entend y prendre encore.

C’est en 1881 que le Gouvernement fran-
çais a eu l’idée de faire pour l’Orient ce qui
se pratiquait si heureusement déjà pour
Athènes et pour Rome. Les commencements
de l’École du Caire ont été modestes : pen-
dant quinze ans et plus elle a été locataire
d’un immeuble qui n’était pas précisément
confortable. Mais aujourd’hui, après des an-
nées prudentes et laborieuses, l’Institut s’est
trouvé à même de s’établir dans un beau et
vaste bâtiment. L’Ecole archéologique et
l’École française de droit, l’une et l’autre dé-
sormais fort bien installées, représentent
pour une grande part l’influence que notre
pays exerce encore en Égypte.

Dans une région où, par suite des circons-
tances internationales, nous ne cherchons
plus à avoir d’action politique, il nous reste
légitimement une action intellectuelle et
scientifique qui profite à tous, et qui est faci-
litée par une tradition séculaire. L’Institut
français, que les historiens et les archéolo-
gues de toutes les nations ont pu voir durant
leur séjour au Caire, est le signe de l’œuvre

de science que nous poursuivons, et son inau-
guration méritait d’être signalée.

NOUVELLES

*** La commission consultative spéciale
d’acquisition aux expositions de la Société
des Artistes français et de la Société Natio-
nale des Beaux-Arts est reconstituée comme
il suit pour une période de deux années ;

MM. Bonnat, Raphaël Collin, Cormon,
Gervex, Lhermitte, Roll, Gervais, Besnard,
artistes peintres; MM. Alfred Boucher, Geor-
ges Gardet, Marqueste, Puech, Injalbert,
Félix Charpentier, statuaires; MM. Chaplain,
Flameng, artistes graveurs ; MM. Nénot,
Vaudremer, architectes; M. Lalique, cise-
leur d’art ; M. Thesmar, artiste céramiste ;
M. Bigard-Fabre, chef de la division de l’en-
seignement et des travaux d’art au sous-se-
crétariat d’Etat des Beaux-Arts; MM. L. de
Fourcaud, Gustave Geffroy, Georges Le-
comte, Roger-Milès, Louis Lumet, Thiébault-
Sisson, écrivains d’art.

*** M. Falcou, chef de service à la direc-
tion des services d’architecture de la Ville de
Paris est nommé inspecteur en chef des
Beaux-Arts en remplacement de M. Ralph
Brown, admis à la retraite à partir du 1er jan-
vier prochain. M. Falcou continuera de se-
conder M. Bouvard au service des fêtes et
expositions.

M. Veyrat, inspecteur des Beaux-Arts, est
également admis à la retraite et son emploi
est supprimé; toutefois, M. Hourticq, rédac-
teur au service de la bibliothèque et des tra-
vaux historiques, est nommé au service des
Beaux-Arts en remplacement numérique de
M. Veyrat.

*** On vient de placer dans l’abside du
Panthéon une réplique de la statue de Jeanne
d’Arc, par Paul Dubois.
loading ...