La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Seite: 81
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0091
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N° 11. - 1913. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«)

15 Mars.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Etranger (Etats faisant partie de

l'Union postale)......... 15 fr.

T-.e Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

Q^^Â.êd- é gouvernement va être appelé
Irlf^Çt) dans quelque temps à nommer le
nouveau directeur de l'Académie
■oSîSS^** de France à Rome. Le poste
qu'ont occupé tant d'artistes depuis Ingres
jusqu'à Hébert et Guillaume, est de ceux où
s'attache une attention particulière. La Villa
Médicis n'est pas seulement illustre par le
charme du paysage où elle repose ; elle de-
meure une institution qui conserve le prestige
d'un long passé et qui a toujours représenté,
par elle-même et par ceux qui l'habitèrent,
quelque chose de l'art et de la culture fran-
çaise.

Si elle vit de traditions respectables et res-
pectées, elle est, comme les institutions les
.plus glorieuses, soumise à l'action du temps.
Il lui faut à certaines époques, pour le bien
des jeunes artistes qui y trouvent asile et
pour mieux atteindre son objet, savoir se re-
nouveler. Les conditions de la vie changent
vite et les règlements ne sont que l'expression
des rapports naturels entre les circonstances
qui tiennent à l'époque et les disciplines né-
cessaires qu'inspire la notion même d'une
Académie. On ne songe plus à demander aux
pensionnaires ce qu'on leur demandait il y a
cinquante ans; mais on forme aussi pour
eux, pour leur méthode de travail, pour leur
■culture générale, des souhaits inconnus jadis.

Le futur directeur de la Villa Médicis aura
donc à tous égards un grand rôle à jouer. Il
lui faudra joindre à un prestige personnel
incontesté une grande expérience et cette
sorte de pouvoir qui est le résultat d'une
carrière bien remplie et qui se nomme l'auto-
rité. Il lui faudra cette faculté de compré-
hension qui le rendra apte à diriger des
jeunes gens et à gouverner sans rien compro-

mettre de leur originalité des talents encore
en formation. Il lui faudra enfin ce rayonne-
ment intellectuel qui fera de lui un digne
ambassadeur artistique de notre pays. Le
gouvernement peut aisément mettre l'homme
qu'il faut à la place qu'il faut. Il en est un qui
se désigne de lui-même aussi bien par l'auto-
rité de la maîtrise que par l'étendue de la
culture. Ayons l'espoir que l'Etat ne man-
quera pas de le choisir.

NOUVELLES

*** Un décret en date du 4 mars vient de
modifier le décret du 2 janvier 1906 portant
organisation du personnel administratif de
l'Ecole Nationale des Beaux-Arts. En voici
les dispositions :

« Article 1er. — L'inspecteur de l'Ecole Na-
tionale des Beaux-Arts prend, à dater de ce
jour, le titre de sous-directeur de l'Ecole.

'< Art. 2.—■ Le sous-directeur est nommé par
le ministre. Il est chargé, sous l'autorité du
directeur, de la surveillance et du contrôle de
tous les services de l'Ecole et conserve, en
outre, les attributions imparties à l'inspec-
teur par les articles fî, 9 et 10 du décret du 2
janvier 1906.

« Art. 3. — Le premier alinéa de l'article 4
du décret du 2 janvier 1906 est remplacé par
les dispositions suivantes :

« Le secrétaire agent comptable est nommé
par le ministre. Nul ne peut être nommé se-
crétaire agent comptable s'il n'a rempli dans
l'administration des Beaux-Arts un emploi
rémunéré par un traitement soumis à la re-
tenue de 5 0/0 sur les pensions civiles.

« Art. <i. — Sont abrogées toutes disposi-
tions antérieures contraires à celles du pré-
sent décret. »

*** M. Carolus Duran vient d'adresser au
sous-secrétaire d'Etat des Beaux-Arts sa dé-
mission, pour raisons de santé, de directeur
de l'Académie de France à Rome.
loading ...