La chronique des arts et de la curiosité — 1917(1919)

Page: 94
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1917_1919/0102
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
94

LA CHRONIQUE DES ARTS

mante peinture de Delacroix VAppariement
du comte de Mornay, qu’il a payée 22.000
francs, et du pastel de Manet Portrait de
Mme Manet, pavé 62.000 francs.

*** Par décrets en date du 9 et du 19 avril,
le ministre de l’Instruction publique, et des
Beaux-Arts est autorisé à accepte)', au nom
de l’Etat, le legs d’un capital, net de tous
frais, de 150.000 francs, fait par M. Fer-
nand-Gustave Halphen, en faveur du Con-
servatoire national de musique et de décla-
mation, les arrérages de ce capital devant
être employés à aider les élèves de composi-
tion musicale à faire entendre leurs œuvres à
l’orchestre et à améliorer leur existence jus-
qu’à leur sortie du Conservatoire, et le don,
fait par Mme Jeanne Destombes-Carruette,
demeurant à Paris, d’un titre provisoire de
rente 4 0/0, emprunt 1917, de 100 fr., avec
jouissance du 16 mars 1918, pour créer, sous
le nom de « prix Pierre Destombes », un prix
annuel de RIO fr. à décerner à un premier
prix de violoncelle ne touchant pas un autre
prix en argent, cette dernière clause ne de-
vant pas être observée s’il n'était attribué
qu’un premier prix.

*** Le Musée de l’Armée vient d’acquérir
et d’exposer dans la salle d’honneur où figu-
rent les documents sur la guerre,un tableau,
France, du peintre Reni-Mel, aspirant au
246e régiment d'artillerie.

*** Par décret en date du 14 mars 1918,
rendu sur la proposition du ministre de
l’Instruction publique et des Beaux Arts a
été accepté le legs fait à l’Etat par AL l'abbé
Duhamel-Grandprey, vicaire à Paris, d’une
pendule de style Empire, représentant Le
Char d'Apollon et destinée à être affectée au
musée du château de la Malmaison.

*** Mmc Romaine Brooks, artiste peintre
américaine, ayant fait don à l’Etat français
d’une somme de 10.000 francs destinée à la
commande d’une médaille ayant pour sujet:
« Accession de l’Amérique à la guerre des
Alliés pour la défense de la Justice et du
Droit ». M. Hippôlyte Lefèvre a été, à la
suite d’un concours restreint, chargé de
l’exécution de^cette médaille.

*** Le British Muséum vient d’acquérir
une rareté bibliographique qui enrichira en-
core sa précieuse collection de livres de musi-
que du temps d’Elisabeth ; c’est l’unique
exemplaire connu d’un recueil d’airs et de
madrigaux publié en 1598 par « Michaell
CavendLh, gentleman ». ün ne connaissait
jusqu’ici à peu près aucune œuvre de ce com-
positeur, et l’on ne sait rien de sa biogra-
phie. Le livre qui entre au British Muséum,
dédié à lady Arabella Sluart, petite fille de
sir William Cavendish, porte les armes de
cette famille, au jourd’ hui représentée par le
duc de Devorshire. Il n’y a donc guère
lieu de douter que le musicien en fût lui-
même un des membres. L’ouvrage porte la
marque de l’imprimeur Peter Short.

Le même musée, qui avait déjà reçu il y a
quelques années le prêt de la précieuse bi-

bliothèque musicale de Buckingham Palace
et d’un choix d’autographes de la Société
philharmonique, vient de voir ces exemples
suivis par l’acquéreur d’une très importante
collection de musique écossaise, qui l’a prê-
tée au British Muséum pour être mise à la
disposition du public. Il s’agit de plus de
quatre cents volumee de compositions réu-
nies par un enthousiaste des mélodies écos-
j saises, feu John Glen (1833-19U4), éditeur de
musique à Edimbourg. L’un des plus anciens
est la collection des meilleures mélodies écos-
saises du violoniste Adam Craig, qui exer-
çait son art à Edimbourg en 1695.

-jbk--

Le Budget des Beaux-Arts

La discussion du budget des Beaux-Arts à la
Chambre des députés n’a suscité que peu d’obser-
vations. Il n’y a guère à mentionner que, dans la
discussion générale, un éloquent discours de M.
Claude Gochin sur la nécessité d’accroître la pro-
pagande française à l’étranger, entre autres par des
publications réfutant les allégations mensongères
des Clemen, Grautoff et autres porte-paroles du
grand état-major allemand au sujet de la destruc-
tion de nos monuments, allégations auxquelles
M. Cl. Gochin a répondu lui-même en même temps
qu’il donnait les détails que nos lecteurs connaissent
déjà sur les « reprises » ou évacuations d’œuvres
d’art par les Allemands dans les régions envahies.

M. Dalimier-, ancien sous-secrétaire des Beaux-
Arts, a rappelé que, d’autre part, des expositions
d’art français avaient été organisées un peu par-
tout à l’étranger en vue de sauvegarder et pro-
pager notre influence ; ces diverses expositions,
en Suisse, en Hollande, en Espagne, ont fourni
un chiffre de vente de plus de 500.000 francs.

Finalement, sur un amendement de M. Loc-
quin, le chiffre de 18.000 fr. affecté à ce chapitre
cle 1’ « action artistique à l’étranger » a été porté
à 30.000 francs.

Dans la discussion de la loi de finances, l’arti-
cle 54 établissant un droit d’entrée de 2 francs un
jour par semaine et de 1 franc les autres jours,
sauf le dimanche, dans les musées de l’Etat, a
été disjoint, suivant l’avis du gouvernement et de
la commission du budget.

Commission consultative des achats
aux Salons

Par arrêté du ministre de l’Instruction publique
et des Beaux-Arts en date du 8 avril 1918, les per-
sonnes ci-après désignées sont nommées, pour une
période de deux ans, membres de la commission
consultative des achats aux expositions organisées
par la Société des Artistes français et la Société
Nationale des Beaux Arts :

MM. Arsène Alexandre, inspecteur général des Mu-
sées; Aman Jean, artiste peintre; Bartholomé, sta-
tuaire ; L. Bénédite, conservateur du Musée du
Luxembourg; A. Besnard, Bonnat, artistes peintres,
membres de l’Institut; Alfred Boucher, Bourdelle,
loading ...