Cagnat, René
Musée de Lambèse: promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie — Paris, 1895

Page: 29
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895/0039
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE MUSÉE DE LAMBÈSE 29

grosseur. Je parlerai plus loin d'un torse et d'une tète apportés de
Timgad; ils appartenaient à une statue colossale. Je ne citerai ici
qu'une statue de femme assise, beaucoup plus grande que nature; il
n'en reste que la partie inférieure à partir de la ceinture; les genoux
ont été fort détériorés, mais les plis de la tunique sont encore très
visibles, ainsi que le vêtement de dessus qui entourait les jambes.

Parmi les morceaux de dimensions plus modestes, les images
divines doivent être citées tout d'abord. Le Panthéon romain est
représenté par un torse de Bacchus (pl. IV), par un torse d'Hercule,
les épaules couvertes d'une peau de lion — en voici le dessin — et

parle génie de la colonie de Cirta, reproduit plus haut (page 23). Je
ne parle pas d'une statuette de Vénus, qui est conservée dans la cour
de la maison centrale. Elle ne mérite même pas qu'on la regarde.

Il sera question plus loin (pl. IV) d'un groupe en marbre blanc
trouvé jadis dans les ruines du « palais du légat », et dont toute la
partie supérieure a disparu. Le sujet en est emprunté aussi à la
mythologie.

Le Praetoriiun contient deux statues impériales, l'une assez
mauvaise et fort mal conservée ; l'autre plus intéressante malgré les
mutilations qu'elle a subies — elle provient de Timgad, où elle a été
trouvée dans les ruines de la curie. La tête est conservée à Timgad ;
c'est celle d'Antonin le Pieux, ainsi que je l'ai montré ailleurs(,).

(1) Boeswillwald et Cagnat, Timgad, p. 42.
loading ...