Cagnat, René ; Dussaud, René
Temples et sanctuaires romains — Paris, 1916

Page: 89
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1916/0108
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE

KAÏLÂSA D'ELLORA,

. PAR

M. Y. GOLOUBEW.

Transportons-nous en pensée devant cette chaîne
de montagnes sauvages qui s'élève, dans le cœur de
l'Inde, au pays du Nizam.

Nul n'ignore ce que c'est que le Dekkan. C'est un
pays où l'eau abonde pendant la saison pluvieuse;
où la plaine devient, en été, aride et calcinée sous
une poussière blanche; où l'on rencontre des mon-
tagnes d'une forme étrangement géométrique; où se
dressent, à l'entrée des villages, des banyans majes-
tueux et où des troupeaux de chèvres se dispersent
parmi les haies de cactus et d'arbustes nains. Des
nuits froides y succèdent, après un rapide crépuscule
d'ambre et d'or, à de brûlantes journées.

Le Dekkan est très différent de l'Inde gangétique
loading ...