Cagnat, René
Carthage, Timgad, Tébessa et les villes antiques de l'Afrique du Nord — Paris, 1927

Page: 34
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1927/0042
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Photo du Service des Antiquités de la Tunisie.

Dougga. — Temple de Caelestis.

CHAPITRE III

SANCTUAIRES PUNIQUES ET TOMBEAUX BERBÈRES

On voit, par tout ce qui précède, combien peu il reste actuellement
de toutes les Carthages qui se sont succédé à l'emplacement de la cité de
Didon. L'historien et l'artiste ne peuvent que déplorer la destruction de
tant de civilisations superposées; mais ce que Ton ne saurait trop regret-
ter c'est la disparition des édifices et des œuvres d'art puniques. Après
tout, nous connaissons, par ailleurs, assez de villes romaines, assez de
métropoles chrétiennes pour pouvoir, aidés de quelques vestiges, rebâtir
en imagination et dans ses grandes lignes la capitale de l'Afrique impé-
riale. Mais qu'était le temple d'Echmoun, où se réfugièrent les derniers
défenseurs de la patrie carthaginoise? Qu'était celui de Baal-Moloch où
s'offrirent jusqu'à l'époque de Tibère des sacrifices humains? Qu'était
loading ...