Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 1,2): Collection de mémoires sur l'orfévrerie ...: 2 — Paris, 1851

Page: 138
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1851bd1_2/0148
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
138

MÉLANGES D'ARCHÉOLOGIE.

MSS. A, B,
Esaiam prophetam (ïs. I. 2) dicit ^ ycTta/
^ 7M<? ^ s/7r<??;<?rM7i? Genuit
igitur nos 2° auctor et conditor totius creaturæ
omnipotens Deus; et quum non essemus, fecit ut
essemus. Nos vero 21 servivimus creaturæ potius
quam Creatori. Idcirco autem 22 ascendit Dominus
noster Iesus Christus in altitudinem 23 crucis, et
2* percusso latere ejus exiit sanguis et aqua in sa-
lutem nostram et vitam æternam. Aqua igitur est
baptismi gratia 23; sanguis vero ejus, calix novi tes-
tament! et 26 œterni 27, quod accipiens dédit nobis
potum in remissionem et vitam æternam 2s.
N. B. ZVZ /g /Zyre aZ /a </rae ( doa/ /e^ ar/Zc/es ^aZvea/
ce/aZ-cZ) a'uaZ /roavé p/ace dans /es waHMserZ/s /atù:s
</ae je cansM/Ze, pasp/as ^aedaas /es Bes/Za:?'es r/we's.
*6 B. t/ZcZ/propAc/aa:.
n B. aa/cia.
^ B. omis.
19 B. speraueraaL
2° B. omis.
B. eeeo aoa (sic) Za eoaspee/M e/as xcruZuZiaax, etc.
22 B. omis.
23 3.^. Les Pères grecs empioient parfois ia simple ex-
pression si? û4<o?, sans même y joindre ie nom de !a croix.
-4 A. omis.
25 B. èap/ZmZ yra/Z(e.
2^- B. omis.
B. (Bterae /M/aatea/Z.
28 Le ms. A ajoute Za sa?ca/a ^(Bca/wazat.

BESTIAIRE RIMÉ.
VI. Del PELLICAN ' vus devom dire
U mult a reson 2 et matire ;
N'orrès 3 mes plus bêle à un an A
Dampne-Deu s dist del pellican
Par le voclie ^ le bon Davi,
Que de grâce fu repleni.
Que il s'ert fet a li semblable.
Pellican est oisel mirable 7 ;
Si habite en la région
D'un tluvie qui Nilus ad ncn,
El rivage de Nil habite ;
Et ceo me dit l'estoire s escrite
Qu'il en i ad de dous 9 matières ;
Cil qui habitent en rivères
Ne manjuent se peisson non ;
Cil qui 11e manjuent peisson
Habitent en la désertine.
Et ne manjuent fors vermine.
Del pellican est grant merveille.
Que '* unquesnule mère oeille '2
N'arna tant son petit ainel '3
Com il ht son petit oisel.
Quant ses pusinès ^ ad esclos ;
En els norir et char et os
Met tote sa peine et sa cure ;
Mès mult fet male noriture 'A
Car quant il sunt créuz et granz
Et alques *7 sages et poissans *9,
S'il bèkentsoiur pères 2* ès vis,
1 X et Y. pe/icon.
2 Y. raisoM.
" Y. n'orreiz mais. X. n'orreiz p/as Ae/e mès.
4 X et Y. O a?:.
5 Dominus Deus.
6 Voix? iTAt. Voce. Y. AoncAc; X. AocAe, qui se dit encore en
Lorraine.
7 La trace de cet ancien mot nous est demeurée dans Mon/mirai/.
8 V. /'esforie.
9 Y. 77. maniérés,
19 X et Y. es ririeres.
U X. (/Mer o?:(/Mes. oo//e, et merre//e.
12 Brebis ; FRAKç. cuaiile ; nsp. oveja.
13 ydinne/? X et Y. aijne/.
14 X. poMcincz.
ïs Ce verbe avait alors le sens transitif, comme le latin c.rc/m/ert.
13 On s'aperçoit bien que ce mot a la signification d'c/e'ne, comme
nous disons /'e'/e're des Aes/iaMæ.
i? Quelque peu ; ESP. algo.
18 Comme qui dirait e'daqMes.
19 X. paissansforts
20 X. si AecAen/ /or ??ercs.
21 Nous dirions aujourd'hui /eurs parcn/s (ESP. sus padres), mais
/wr ou /or était sans doute invariable alors, comme l'est encore /oro
en italien. Cf. ci-dessous, note 26.
loading ...