Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 3,4): Nouveaux mélanges ... sur l'moyen âge. Bibliothèques — Paris, 1877

Page: 201
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1877bd3_4/0233
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
M1NIATEURS AC MOYEN AGE. 20 i
célébrités bien établies qui appartiennent aux instituts religieux. C'est ce qui nous a fait
choisir plus d'un personnage séculier, pour ne pas trop écourter cette liste au moment où
la peinture s'émancipe.
ean Miélot (Æk'/of ou A/é/pf), prêtre, Je /pomA'd dos* .wcré/ad'e,! du duc de Bour-
gogne', semble avoir été simple copiste et tout au plus calligrapbe ; mais,
qu'il fût miniaturiste, on n'en voit pas de preuves bien concluantes. Jean
Gossard (Gossaert) de Maubeuge, le Zeuxis et l'Apelle de cette époque,
au dire d'un historien d'alors
Les frères Van Eyck, protégés par Philippe II, le Bon L Leur sœur
Marguerite'* les aida souvent dans leurs délicieuses peintures, si pleines
de fraîcheur et de délicatesse, mais où la matière commence déjà à étouf-
fer l'âme. M. Waagen trouve la manière des frères Van Eyck f
1360-1426; mort en 1145) dans le bréviaire du duc de Bedfort '.
En Flandre encore, Hans Ilemmelinck (Ilemling, Memmling), Liévin
d'Anvers, et Gérard van der Mcire, etc., qui peignirent, dit-on, vers
1479, le magnifique bréviaire connu sous le nom du cardinal Grimani.
Ce chef-d'œuvre de peinture chrétienne (tant soit peu surfait) est aujour-
d'hui à la bibliothèque de Saint-Marc à Venise". Avant de quitter le Nord,
citons l'unique miniaturiste distingué dont je me souvienne pour l'Alle-
magne de cette époque. Jean Frevbeck, de Koenigsbrück, terminait en
1480 une bible in-folio, dont Gercken admirait les miniatures à Salz-
bourgk Gabriel Maftéo, servile, et le bénédictin du Mont-Cassin, son
collaborateur, ont été cités précédemment pour les livres de chœur qui
sont à la cathédrale de Sienne. Gherardo, qui enlumina une zA/ft/J/c ^ de
livres d'église, et qui, employé par Mathias Corvin, a laissé en outre des
tableaux, des fresques, des gravures et des mosaïques. Son élève Stefano,
abandonnant la miniature de bonne heure pour se livrer à l'architecture,
laissa toutes ses études entre les mains du vieux Boccardino, qui en pro-


1. "Voyez tes mémoires de l'académie de Turin, JMMttrafKre
et Mua-arts, 1809-1810 (181 I), p. 394, 303. —Waagen, Ut,
3(11. Ribl. royate, Suppl. franc. 340, 2. Peut-être mémo
Miélot aura-t-il tout simplement clé traducteur ou compila-
teur de ta bette iégende de sainte Catherine; sans avoir
contribué en rien au ms. pour son exécution ultérieure,
soit comme cattigraphe, soit comme peintre. Cf. Bibtioth.
de l'École des chartes, série, t. i, p, 230.
2. Mémoires... de Turin, IMd. p. 396. C'est te Mn&M.se de.
ta prétendue écote flamande (avec un nom moins déguisé
que cetui du soi-disant Van der Weidon), et dont l'œuvre
me parait assez peu ilamand qttotqtt'ott d/e. Faute d'étudier
avec soin t'art waton, un historien des peintres se trouve
conduit à recruter pour ta Flandre des bataittons un peu
bariolés. Le drapeau des Flandres aurait besoin d'être bien
large pour couvrir tout cela de ses plis.
Il est vrai que tes guides à leçon apprise et tes chemins
frayés sont assez commodes ; reste à savoir s'ils mènent aux
résultats que désire un curieux qui 11e se paie pas de for-
mules stéréotypées.
3. Philippe tc Bon avait la plus belle bibliothèque (disons
Jotïe) de l'Europe. A sa mort, il laissa dans la seule, \ille de
Bruges 033 volumes, la plupart d'une beauté extraordinaire

d'exécution. Les grands de ses États, et surtout Louis de Bru-
ges, soigneur de Crutheuse(Vun (ïru.'/f/myse),mort en 1192,
l'imitèrent dans son goût pour les miniatures, et. encoura-
gèrent les artistes flamands ou valons que cette faveur
attirait près de la cour bourguignonne.
4. Waagen, 111, 334. —Ebcrt, RattdseArt'fteKAtmde, I, C2.
Je no sais si les peintres Jean Maluel et Henri Bcllcchosc,
employés par les ducs de Bourgogne, selon Ebert (JM.),
s'occupèrent de miniatures.
3. Mss. M. 82. Waagen, 111 : p. 339, 330, 332, 338 ; H : 32,
326, 386, 444, 316, 331; 1 : 142, 143, 310, 401. Jean Van
Eyck passait pour le premier peintre de son temps, c'est
ce qui lui a fait attribuer trop libéralement des miniatures
distinguées par la délicatesse et la perfection du travail.
Mais son dessin supérieur, le Uni de ses peintures avérées,
le naturel et la vivacité de ses têtes no se reconnaissent pas
constamment dans tout ce qu'il a plu aux amateurs de lui
adjuger.
6. Ebert, op. et'!., 1, p. 63. — Rio, op. ett., p. 183, 460,
Hemmelinck est le Fiesole de la Flandre ; de qu.o sattas est
Ht'/Ml, quant pattea dt'eere. Cf. Waagen, H, p. 32.
7. Gercken, H, p. 22. Cf. Boni Pcz, JVtMaurus, 1.1, Isagog.
8. Vasari. — Lanzi, Scuotaforeutma. —Rio, 188.

tv. — 26
loading ...