Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 3,4): Nouveaux mélanges ... sur l'moyen âge. Bibliothèques — Paris, 1877

Page: 266
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1877bd3_4/0298
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
266

MÉLANGES D'ARCHÉOLOGIE.

Pierre, qu'à Pélag*ë douze ans auparavant, non-seuiement en confirmant les donations du
nouvel évêque de Léon , mais en y joignant ies siennes'. Gela se passait le 6 mars 1096.
Quatre mois plus tard, le 23 juillet, ce même prince abandonnait un des palais
royaux d'Oviédo à l'évêque de cette ville pour en faire une ^
ouverte aux indigents de la vieille capitale*. La noble et sainte pensée d'hébergne
dans une résidence royale la pauvreté que Jésus-Gbrist, en la choisissant pour compagnie
de sa vie entière, avait associée à sa divine royauté, était digne de ce magnanime héritier
de Pélagie, d'Alphonse le Catholique et de cette longne lignée de rois, qui en plus de trois
siècles (791-1112) ne compta gnère que des héros L II l'accepta donc avec empressement
quand elle lui fut suggérée, et, pour mieux la réaliser, il joignit au don matériel du palais
et de toutes ses dépendances, l'octroi de fucros qui assuraient, dans le présent aussi bien que
dans l'avenir, la pleine indépendance et la parfaite administration du nouvel établissement
hospitalier^. Avant Oviedo et Léon, Burgns possédait une alberg*aria dont l'existence nous
est connue par la donation de riches domaines et la concession de nombreux privilégies
qu'Alphonse VI lui fit en 1083. Nous apprenons par cette meme pièce et par la \de de saint
Adélelme ou Aldhelme, moine français appelé en Espagne par Alphonse VI à la suggestion
de la reine Constance, qu'à cette époque, existait aussi aux portes de la capitale des comtes
et des rois de Castille, un hospice pour les pèlerins de Saint-Jacques, avec un oratoire dédié
à saint Jean l'Evangéliste, frère du glorieux apôtre de la Péninsule". Cent ans plus tard et
dans la même ville, Alphonse VIII, marchant sur les traces de son généreux quadrisa't'eul,
construisait et dotait une maladrerie; puis, dans la banlieue, près de l'abbaye de Las Huel-
gns, et sur le bord du chemin de Burg'os à Compostelle, une nouvelle albcrg-aria exclusive-
ment destinée aux pèlerins de plus en plus nombreux qui, de tous les pays du monde chré-
tien, se rendaient au tombeau de saint Jacques". Ce que les rois ou les évêques avaient fait
pour les pauvres, indigènes ou étrang-ers, dans les capitales de la Navarre, de Léon, des
Asturies et de Castille, un chanoine de Compostelle d'une naissance illustre et d'un grand
savoir, Diegn Gelmirez, chancelier du grndre d'Alphonse VI, le comte Raymond de Bour-
g-og-ne, voulut le faire dans la ville même de Saint-Jacques et y réussit. Une maison achetée

Ex guIdatK inclitus Altaribus Ecclesie
Hu.jus sediscpiscopus, Censutn promisit tradere,
Qui Pelagius nomme, Ne carercnt luminibus
Fehtgus Dci fomito, !n nocturnis temporibus. x
Les corrections faites au texte donné par Risco sont in-
diquées ici par des dfdtqttes. Le sens et te rhythme me ies
imposaient; car Pun et i'autre repoussent égaioment ies le-
çons Dotm'ut (v. 4), eousfdMertutl prt'mdtts celda.s (v. 13, i(i),
eæ gtMÔMSdam 'ùzefdtts (v. 17), et PehtgtMS (v. 20) de PEs-
puwa saprudu.
1. « Et Ego, rex Adefonsus, etc. x Æsp. ^ugr., IMd.,
escr. 30, p. LXXXVi.
2. K Proposui facerc, sicut et facio càrtuiam testamenti
de iiio paiatio Frantisco, quod est in Ovcto, foras de iiio
nostro. Dcquc iiio palalio facio hoc testamentum Deo atque
Ecciesie Sancti Saivatoris. ut, per arbitrium episcopi
Domini Martini ejusque canonicorum, quorum petitioni fa-
yens hoc scribere mandavi, fiat in iiio paiatio domus ciee-
mosinaria ad pauperes Christi hospitandos. x Alph. AI,
Æ.;p. sagr. XXXVIII, escr. 27. ii ne s'agit pas ici, comme
Risco (t'Md., p. 03, 04) semble io croire, du palais royal

proprement dit, que ie roi de Castiile habitait lorsqu'il ve-
nait à Oviedo, mais d'une autre résidence royale sise dans
ia même ville et distincte de la première. C'est ce que prou-
vent ces paroies du texte cité : « Foras de dto wos&'o (pa -
iatio). x
3. Je ne connais, dans toute cette longue suite d'années,
que cinq souverains sur dix-neuf qui fussent peu dignes du
trône où iis se sont assis : Aiphonso IV, Sancho il (al. )),
Hamire ili, ücrmudc li, et l'usurpateur Ordono el Malo,
qui ne fit qu'y, passer. De quelle dynastie chrétienne ou
musulmane de la même époque pourrait-on en dire autant?
4. Alph. VI, Fsp. sagr., XXXVIII, escr. 27.
3. <( Do atque concedo quinque villas meas... ad illam
albergariam, ut ibi dent (M. f&fdem) pauperibus [hospitium],
et sustentationem peregrinorum. x Adefonsi VI, FF. de ht
AMtergara'a de Rargos (Munoz, p. 2G3 sqq.). Cf. Elorcz, Æsp.
.sagr., t. XXVI, p. 210 et 2(12; et, dans le tome XXVII, l'ar-
ticle consacré à cet hôpital dit 'de! Æmperador (p. 346
sgg.); Rodulphi Vd. S. AdefefoM, n" 13. (IMd., XXVI,
apend.)
6. Florez, Æsp. sagr., XXVII, p. 347, 340, etc.
loading ...