Le charivari — 14.1845

Seite: 1321
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/charivari1845/1327
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Aeme et ta Mm^çJ
tv signaler qu'usa
rrouseVun jout^A
verrex \ea équipa

, les pataches %,\
es d'apparat, 4<$n%,\

de beaucoup p\usV\\,

\ffisaute quana mhh,
quadruples parais^
.es sur leurs janù«w

!monterdans

piètres et si vermouW
>,000 francs par an, ni
isleur permeuenliey
.s louent au rabais mr
les moins îashional^
lou Mistouflet.M.Gaiaw «
îur bleu-perruquier,^! §_
Irolatique devise: La !.. |
: de toutes;M.DutUitli '
dehors de ses
ias, lui aussi, i
rencontre, comme p.
hand de beurre Mai

e seul qui ait une voilai!
ble. Au moins l'insigne
stère par son carrosse;

ions que ces habitudes
;ôlô du luxe des trate
is. Napoléon qui, comire
ndait que le commera,
ions budgétaires, ayat
stre était arrivons Tv/
le lendemain un super!
facture. MM. Guizolii
ibablement pas de »

înt de perdn un de «j
les et les plus dévoués,/
nité central des électeur.'|
rès une douloureuse!»
lieu aujourd'hui kâi
à

m

rogramme des

it le 1er
sur douze
haire. Celanous

Met.

in, le moins t&
doivent pro^
droite de B'épatf*

M?TROTTMAN A LONDRES

Mr Trotta est couché dans la vaste machine qu'on nomme, en patois du pays, un Bed

'Utin exposera
't prêsumabki en
ne serait pas trèspl

Mer dans sa chaire
rmand. Le nom
n cauteleux rr""'®"

i suite à ■--«

ÉÊ

W Trotta voulant demander 's^ahits, est pris a la guillotine. ^ Mome k la locallté'M1'Trotkan ^che de faire comprendre fildèsire

ses

le journal,

Sa servante qui croit avoir compris,lui apporte;

une salade un tire-hottes et de la hiere.

Cki total&C"PU*!*fc
loading ...