Compte rendu de la Commission Impériale Archéologique: pour l'année ..: Pour l'année 1872 — 1875

Page: 277
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/crpetersbourg1875/0310
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
277

d'après l'exemple des tapis, des tentes et des édifices royaux de la Perse1. Pour
ce qui regarde les habitants de Panticapée, nous avons d'autant plus droit à sup-
poser une pareille provenance, que déjà au IVmo siècle avant J.-C. nous trouvons
dans le Bosphore2, à côté des divinités de la mythologie grecque, les grands dieux
Sanergos et Astara, deux divinités, l'une du sexe masculin, l'autre du féminin, pro-
bablement identiques avec le soleil et la lune, et dans tous les cas appartenant au
nombre des personnages les plus importants du culte des astres. Il est assez pro-
bable que Sanergos est le même dieu que le San des Babyloniens, le Dieu-Soleil, dont
le symbole, à en juger d'après les monuments de l'art, fut un cercle plane, ou bien
un disque équartelé, ou bien encore un disque rempli par une étoile à 4 rayons8. A
Panticapée, nous voyons de ces disques au haut de plusieurs dalles sépulcrales de
l'époque après J.-C, c'est-à-dire contemporaines avec les fresques des chambres sé-
pulcrales (Pl. XVII, Dessin 2; Pl. XVIII, Dessins 23, 25). Astara semble provenir
de l'Ishtar des Babyloniens et des Assyriens (sa forme phénicienne est Astarté, sa
forme hébraïque — Ashtoreth, la forme actuel des Mendéens — Ashtar), originaire-
ment la Vénus de ces peuples, mais quelquefois confondue par eux avec Beltis, la
Grande Déesse4. Les représentations des astres se retrouvent à Babylone, et plus
tard en Assyrie et en Perse, un nombre infini de fois sur les cylindres, sur les vases
métalliques, sur les habillements etc., sous la forme d'étoiles à 4, 5, 6, 7, 8, 9, 12
et 14 rayons5. Mais que les étoiles de nos fresques de Kertch proviennent de proto-

1 Bôtticher, Tektonik der Hellenen, Vol. II,
p. 95.

2 Antiquités du Bosph. Cimmérien, Vol. II,
Inscription V.

3 G. Bawlinson, The flve great monarchies
of the eastern world, London, 1862, Vol. I, pp.
159 — 161.

4 Ibidem, pp. 174 — 175, 151 — 152; Vol.
II, p. 258. Mais un fait curieux, c'est que, sur
les dalles sépulcrales de Panticapée, à côté des
symboles de San (Sanergos), qui est le disque,

nous trouvons non des symboles d'Ishtar (Astara),
mais des étoiles à 6 rayons (Pl. XVII, Dessin
2; Pl. XVIII, Dessins 25, 26), qui sont le sym-
bole de la déesse Babylonienne Ai (également
appellée Gula, ou Anunit), la déesse féminine
du Soleil (Rawlinson, The five great monar-
chies, Vol. I, p. 161).

5 Layard, Monuments of Mneveh, Vol. I, PL
27, 31, 48, 51, 53, 54, 59; Vol. II, Pl. 61,
68, 69. — Place, Ninive et l'Assyrie, Paris,
1867, Vol. III, Pl. 76.
loading ...